Mémoire en ligne

Le mémoire de Marie Duchêne intitulé « Les productions alternatives des espaces publics et leurs temporalités. Sous les pavés bordelais, la plage » est à présent en ligne.

Directeur de mémoire :

Antoine Fleury (Chargé de recherche CNRS, UMR Géographie-cités).

Référence :

Marie Duchêne, « Les productions alternatives des espaces publics et leurs temporalités. Sous les pavés bordelais, la plage », Magistère 2 Aménagement et urbanisme, UFR08 Géographie, sous la direction d’Antoine Fleury, Université Paris I Panthéon Sorbonne, 8 septembre 2020

Résumé :

Ce mémoire porte sur des modes de production de l’espace public considérés comme alternatifs parce qu’ils mettent le temps au cœur du projet, qu’ils soient d’ordre temporaire, transitoire ou tactique. Il s’appuie sur une enquête menée dans la métropole bordelaise, moins mis en avant en la matière que des villes comme Paris, Nantes ou Grenoble, alors qu’un certain nombre d’expérimentations y sont déployées depuis quelques années par les pouvoirs publics, en lien avec un tissu dynamique de collectifs et d’agences spécialisés dans la maîtrise d’œuvre ou l’animation de ces projets. Trois cas sont analysés de manière liée et comparative :

  • « Le Tube », production par un collectif invité par la municipalité et la SNCF d’un espace public temporaire, ouvert le temps d’un week-end sous l’estacade de la nouvelle Ligne à Grande Vitesse à Cenon, mais qui doit à terme devenir un espace public à part entière ;
  • « La rue-jardin Kléber », un projet de végétalisation et de pacification d’une rue dans le centre historique de Bordeaux dans le cadre du PNRQAD dont les premiers essais datent de 2012 pour étudier le temps long d’un projet d’espace public tactique ;
  • « La Route de Toulouse », un projet d’urbanisme transitoire implanté sur deux communes distinctes (Bègles & Villenave d’Ornon) qui touche à la fois à l’espace public et à son animation mais également à l’occupation de bâtiments pendant le chantier avec la mise en place du tiers-lieu le « Café de la Route » dans le cadre d’une ZAC en phase opérationnelle.

Ces projets d’espaces publics sont des initiatives modestes mais notables par leurs identités multi-partenariales, s’inscrivant dans des projets plus globaux et traditionnels. Si des similitudes se sont révélées au cours du travail de terrain dans les méthodes de réalisation, c’est l’hétérogénéité et l’ampleur de l’impact des temporalités qui marquent l’apprentie chercheuse.

Ces trois projets alternatifs rencontrent bien des limites mais illustrent néanmoins la puissance de la coopération et des réseaux d’acteurs. En se rencontrant et en proposant des temporalités plus courtes de l’aménagement, les acteurs de l’urbain redonnent du sens à la fabrication de la ville prise en étau dans des temps très longs qui font parfois perdre la perspective de l’expérience d’usage. Au final, ces temps courts de l’action peuvent jouer, à moyen et long terme, un rôle marquant en matière de qualité environnementale, économique et sociale des espaces publiques produits.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search