Soutenance d’HDR de Sandra MALLET : « Les dimensions temporelles de la fabrique urbaine »

 

Sandra Mallet, MCF en urbanisme et aménagement de l’espace, soutiendra son HDR, intitulée « Les dimensions temporelle de la fabrique urbaine », vendredi 4 décembre 2020.

En raison de la crise sanitaire, cette soutenance se déroulera à distance.


Jury :

  • Garant de l’habilitation :

Marc DUMONT, Professeur des Universités, Université de Lille

  • Rapporteurs :

Nadine Cattan, Directrice de Recherche, CNRS

Vincent Kaufmann, Professeur, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Emmanuèle Cunningham-Sabot))

Marcus Zepf, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

  • Examinateurs :

François Bost, Professeur des Universités, Université de Reims Champagne-Ardenne

Emmanuèle Cunningham-Sabot, Professeure des Universités, Ecole Normale Supérieure


Résumé :

Cette demande d’HDR est composée d’un mémoire en trois volumes. Le premier volume rend compte de l’itinéraire professionnel, présentant les activités de recherche, d’enseignement ainsi que les responsabilités exercées. Le troisième volume repose sur un recueil de publications significatives. Le deuxième volume traduit une position de recherche et un projet scientifique, fruits d’un ensemble de travaux menés depuis plus de quinze ans.

Ce dernier propose une réflexion temporelle sur différents pans de la fabrique urbaine, à l’heure où les sociétés connaissent une accélération avancée et l’inscription dans un régime présentiste dominant. L’un des enjeux est d’affirmer le temps comme objet fondamental des sciences de l’espace : il est alors nécessaire de placer le temps au cœur des analyses afin de pouvoir rendre compte des transformations contemporaines de l’espace et de sa fabrique. Pour ce faire, le mémoire explore les liens entre l’évolution des rapports au temps des sociétés et les changements de l’action publique locale. L’hypothèse principale est que le temps constitue un actant essentiel de la fabrique urbaine. Le temps est à la fois un produit de celle-ci et un opérateur les modifiant. Les mutations des temps sociaux conduisent à une mise à l’agenda des rythmes urbains, alors qu’ils avaient été, jusque-là, relativement négligés. Les acteurs locaux contribuent, dès lors, plus fortement et plus ouvertement à la production des rythmes urbains. Les évolutions temporelles de la société transforment également les modalités traditionnelles de temporalisation de la fabrique urbaine. En particulier, les manières de concevoir et de conduire les projets urbains sont impactées dans leur construction temporelle.

La première partie pose le cadre théorique et conceptuel dans lequel s’ancre le travail de recherche, questionnant les manières d’appréhender l’espace au prisme du temps. La deuxième partie s’intéresse à la construction des rythmes urbains et au rôle des politiques urbaines dans l’accélération des rythmes et leur mise en continuité. La troisième partie est centrée sur les rapports au temps de l’urbanisme et de ses acteurs, mettant en évidence la manière dont l’urbanisme déploie ses propres instruments de l’accélération et interrogeant l’avènement d’un urbanisme présentiste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search