Anne DURAND

Entretien avec Anne Durand

Architecte et urbaniste, créatrice et gérante de l’Agence AUAD (Atelier Urbain Anne Durand)

Entretien mené le 22 septembre 2021

Propos recueillis et retranscrits par Sandra Mallet et Arnaud Mège

Repères

  • 2021 : Élue à l’Ordre Régional des Architectes d’Ile de France
  • 2019 : Maîtresse de conférence Associée à l’ENSA de Paris-La-Villette
  • 2015 : Thèse de doctorat portant sur la mutabilité urbaine
  • 2012-2014 : Études à Mexico sur le Programme Communautaires d’Amélioration de Quartiers
  • 2006 : Création et gérante de l’Agence AUAD (Atelier Urbain Anne Durand)
  • 2001 – Diplôme Master Sciences-Po Urba
  • 1999 : Diplôme d’architecte à l’ENSA de Paris Val de Seine

Quelle formation avez-vous suivi ? La question du temps était-elle abordée dans vos cours ?

J’ai étudié dans plusieurs écoles d’architecture, d’abord à Belleville puis à l’École de Paris Val-de-Seine où j’ai obtenu mon diplôme en 1999. Durant mon cursus, j’ai également réalisé une année à Porto, au Portugal, dans le cadre d’un programme Erasmus. Aborder la question du projet urbain demeurait très rare dans nos formations, comme un objet très large et très complexe, hors échelle. Autrement dit, toutes les questions liées au temps n’étaient pas du tout abordées. Aujourd’hui, on l’enseigne encore assez peu. Le temps est pensé par étapes : on sait qu’un projet est découpé en phases, donc que le temps est découpé. On parle peu de temporalités et beaucoup plus d’étapes, de processus.

Mon projet de fin d’études d’architecture traitait d’un projet à l’échelle urbaine et de la requalification de friches dans un quartier pavillonnaire : 11 hectares de terrain préemptés, murés dans un quartier dans lequel j’ai grandi. Je m’interrogeais sur ces espaces qui ne pouvaient pas être utilisés, et qui, année après année, étaient de plus en plus clôturés. Cela m’a conduit à travailler sur la question du temps-espace, c’est-à-dire de réfléchir à la manière dont on pouvait utiliser ces espaces dans le temps présent et les aménager avec les habitants.

En 2000, j’ai suivi une formation de DEA[1] « Jardin, Paysage et Territoire » à l’École d’Architecture de Paris-La Villette. Mon mémoire portait sur l’art du provisoire dans l’aménagement des friches. La question du temps était au centre de ma recherche mais le « provisoire » ne parlait pas du tout aux collectivités. Le provisoire est considéré comme incertain ; il fait peur aux décideurs. Alors que les habitants étaient engagés, avaient envie d’occuper des terrains temporairement pour vivre un événement, partager un moment entre voisins. Le provisoire pouvait donc avoir une vraie valeur, sociale et fédératrice pour les habitants qui occupaient un espace pour une fonction et un temps précis. Pour les occupants, il y a une notion d’intensité dans le provisoire qui n’a absolument pas la même valeur pour une collectivité, pour qui le provisoire signifie incertitude et risque.

Parallèlement au DEA, j’ai travaillé dans des agences de paysage. J’avais besoin de comprendre comment se réalisaient concrètement les espaces publics, comment on les créait techniquement. Cette expérience a été très formatrice car les paysagistes ont un autre rapport au sol, au plein, au vide mais aussi au temps, avec une projection sur un temps long, suivant l’évolution des plantes.

J’ai ensuite été admise au Master Science-Po en Urbanisme, souhaitant comprendre le jeu des acteurs, les décisions politiques, la gouvernance. J’ai compris beaucoup d’éléments, et en particulier sur la question du temps long des décisions et la planification, si présente en France. A la fin du Master, j’ai postulé pour un workshop d’un mois à Tokyo avec les Ateliers de maîtrise d’œuvre Urbaine de Cergy, qui réalise des missions d’urbanisme dans le monde entier. Au Japon, le rapport au temps est totalement différent. Les immeubles, par exemple, sont construits pour durer 20 ans à 40 ans, maximum, alors qu’en France, la notion de patrimoine séculaire est omniprésente. Le rapport à l’espace est aussi très différent. Face à un État endetté, le privé est très important : une gare, ses commerces, ses aménagements environnants, ses trottoirs sont réalisés par des entreprises privées. Ce qui était impensable en France à l’époque.  Cette expérience a été un choc et a bousculé mes acquis.

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai travaillé dans plusieurs agences avant de créer ma propre agence en 2006, qui se veut une structure très ouverte. A chaque nouveau projet je m’associe avec des gens différents, selon l’enjeu et les compétences spécifiques. L’idée est de mener à la fois des projets d’architecture, avec beaucoup de réhabilitation, et des projets urbains, qui se fabriquent avec les futurs usagers.

J’ai toujours envisagé les projets urbains d’une manière particulière. Écrire des règlements ou construire des ZAC n’a jamais été mon envie, ni celle de mes collègues. Je tends plutôt à réaliser des études de faisabilité urbaine, aux limites de la programmation, dans l’idée de transformer des quartiers avec le « déjà-là ». Un projet en particulier a été structurant pour la suite de mon parcours : un projet de friches industrielles proches d’une gare d’aiguillage de la SNCF à Verneuil-sur-Seine, sur lequel on nous demandait de réaliser 600 logements. Avec mon équipe, constituée de paysagistes, de spécialistes des pratiques ludiques en ville, nous avons cherché à interroger la commande plutôt que d’y répondre classiquement : 600 logements, mais pourquoi ? On a démontré qu’il s’agissait du seul terrain disponible et public dans la ville, ouvrant sur la Seine. Une opportunité à ne pas manquer. Il était donc nécessaire d’offrir un programme qui puisse permettre à tous d’accéder à ce lieu et ce paysage exceptionnel.  Nous avons alors proposé un projet évolutif, en contactant les associations, les gens qui pouvaient avoir des demandes. Il s’agissait pour commencer d’occuper temporairement le site, puis la programmation viendrait au fur et à mesure. Tout le monde a apprécié, le Maire était très partant, et pourtant, après notre étude, rien ne s’est passé, on ne nous a donné aucun moyen pour poursuivre. Sans que cela n’appartienne à notre mission, nous sommes revenus vers les associations, les équipements culturels… afin de voir ce qui était possible avec peu de moyens. Pour poursuivre, il fallait un porteur de projet, comme cela se pratique aujourd’hui avec les projets d’urbanisme transitoire, mais sans outil ni mission précis, rien ne s’est fait et le terrain semble toujours en friche. Cette expérience m’a permis de comprendre que ce genre de projet pouvait intéresser mais que l’on manquait d’outils. Elle m’a vraiment posé question et m’a conduit à réaliser une thèse. J’avais envie de prendre du recul pour faire autrement, c’est-à-dire sortir d’un système où on ne sait faire que des projets à long terme, bien planifiés, alors qu’il y a toute une progressivité à considérer. Les villes dans lesquelles nous avons envie de vivre sont des sédimentations d’époques, d’architectures, de typologies, d’histoires. Les ZAC sont fréquemment de l’anti-ville, avec un type de bâti, de volumétrie, un seul langage architectural pour des milliers de logements. Je ne cautionne pas ce type de quartiers, souvent trop identiques à travers la France, l’Europe… Pour impliquer les futurs usagers, nous avons réalisé plusieurs opérations d’habitat participatif – en bois – en 2012, à une époque où il était compliqué de faire sortir les gens des représentations du mythe des « trois petits cochons ». La participation était présente dès le premier projet. On a dessiné le projet, qui s’est ensuite fait au fur et à mesure. Dans cette approche, le temps n’est pas compris comme une valeur absolue, il est croisé avec d’autres paramètres. Les projets sont des processus qui prennent du temps et dans lesquels j’accepte de ne pas avoir la réponse immédiatement. Je pense qu’il faut fabriquer les territoires ainsi.

J’enseigne également depuis 2018 en tant que Maître de conférences associée à l’École d’architecture Paris-La-Villette. J’enseigne un module intitulé « Économie, Écologie » depuis deux ans, et je travaille sur un ouvrage avec Sophie Swaton, philosophe économiste, dans lequel on souhaite réinterroger les valeurs alternatives aux considérations financières et économiques pour fabriquer les villes et territoires. Connaître, respecter, intégrer la valeur du vivant, du bien-être… dans les projets.

En quoi  la question du temps vous paraît-elle importante en urbanisme aujourd’hui?

Il y a trois choses importantes à prendre en compte selon moi en urbanisme qui s’imbriquent et qui ont une relation indirecte avec le temps.

La première cherche à mettre fin au postulat qui repose sur le profit. On achète du foncier, on le transforme et cela crée une plus-value, un profit pour quelques personnes. On est à la limite du cauchemar en matière de densification dans les grandes métropoles, alors que l’étalement urbain se poursuit sans limites. La loi Zéro Artificialisation Nette pose de nouveaux défis pour l’avenir et la nécessité de faire avec l’existant , de réhabiliter l’existant, de donner une autre place au rapport espace-temps, devient enfin une évidence pour tous.

La deuxième est relative au contexte des ressources qui se raréfient, des catastrophes naturelles et non naturelles liées au dérèglement climatique. D’où une nécessité d’être davantage dans l’économie de moyens, d’être plus sobre, de réutiliser les matières déjà exploitées. Donner un nouvel usage aux matières déjà-là, comme un temps circulaire.

La troisième renvoie à la prise en considération de la société civile. Elle a tout intérêt à être associée à ces soi-disant experts. On est expert, on est professionnel dans nos métiers, mais un travail collectif et collaboratif avec les gens qui vont habiter les projets est plus riche. Je ne comprends pas cette frontière entre deux mondes.

Ces sont là trois grands défis. Ma thèse porte sur la mutabilité urbaine, que je définis comme la capacité des villes à accueillir les changements et à favoriser les possibles. Elle repose sur le constat dressé, à la suite de mes expériences, d’une difficulté à s’extraire de la planification, alors que l’on sait que cette démarche ne fonctionne plus. La planification c’était un phénomène qui s’inscrivait dans le contexte d’une France en pleine croissance où il n’y avait pas de chômage, où les problématiques n’étaient pas du tout les mêmes. Aujourd’hui, je pense que tout le monde s’accorde à dire que l’on ne peut plus planifier à 40 ans, comme dans les schémas directeurs des années 1960. La planification stratégique est déjà une évolution mais elle reste insuffisante et mérite d’être enrichie. J’ai défini la mutabilité urbaine comme un concept ou une méthode, encore à compléter et à enrichir, et dont l’idée est d’accepter l’incertitude du futur, d’avoir un autre rapport au temps, un autre rapport à la décision, qui ne vient pas forcément du haut mais qui se négocie, qui est transversal. Avec ces éléments, on change le paradigme.

La question de la mutabilité urbaine dépasse le support spatial. On ne parle plus uniquement d’espace, mais de processus et d’état d’esprit. Elle est difficile à mettre en place car il faut que les gens soient, dès l’origine, convaincus par la démarche. Si ce n’est pas le cas, il faut passer par une phase en amont visant à modifier les manières de réfléchir et de procéder des services techniques d’une ville. Il faut accueillir le changement. Cela parait simple mais n’est pas si évident,  c’est pour cela qu’il est important d’avancer progressivement. Si l’on a des aménageurs en face de nous qui veulent connaitre exactement le nombre de mètres carrés, les délais, la durée, etc., c’est très difficile. C’est justement là que le temps peut être utilisé autrement que pour terminer et figer les choses. D’où l’intérêt d’accueillir l’incertitude, d’expérimenter, de proposer des préfigurations. Enfin, il faut répertorier les inventivités locales. Il s’agit donc de travailler avec les usagers et la société civile : il existe un nombre important d’inventivités éparpillées, qui ne sont pas forcément mises en réseau.

Ces conditions font que l’on peut réussir à mettre en œuvre une autre relation à l’espace et au temps. Mon expérience au Mexique m’a permis d’étudier un ensemble de projets passionnants, parce qu’ils liaient les gens dans des quartiers totalement marginaux et difficiles. Dans le cadre des programmes communautaires d’amélioration de quartiers, des appels à projets sont lancés par la municipalité. Les habitants, formés en assemblée de voisins, répondent et proposent leurs projets, qui sont ensuite validés et financés par la municipalité. Cette manière de procéder produit des économies, permet aux gens de s’investir, leur offre un autre rapport à l’espace. Cela devient ensuite une fierté pour eux de voir leur quartier se transformer. Cela enseigne beaucoup sur le temps présent. S’il y avait une échelle de valeurs pour le temps, le présent serait d’ailleurs le temps le plus important. On l’a oublié dans notre culture. Au Mexique, le temps est cyclique alors qu’en Occident, nous avons une vision linéaire du temps. Aujourd’hui, avec l’urbanisme provisoire, on pourrait dire que le temps présent reprend une valeur, il redevient existant. On demande au temps de nous fournir des outils. Il permet de créer des évènements, de refédérer des gens, de redonner une nouvelle perception, une nouvelle valeur à des lieux.

De belles expériences sont nées récemment mais il y a une tendance à la dérive car la question de la plus-value financière est souvent-là. Les grands opérateurs qui se sont emparés de ce sujet se projettent dans l’urbanisme transitoire car ils doivent rentabiliser leurs espaces vides. Très bien si tout le monde est gagnant. Cependant nous pouvons constater que de nombreuses personnes, collectifs et autres, offrent leur temps, trois ans ou quatre ans, pour réhabiliter des lieux, alors que ce n’est pas forcément leur profession. Puis le lieu est rétabli à son propriétaire. C’est le principe de l’occupation temporaire mais cela pose la question de la précarité. Les occupants avec qui j’en ai parlé sont plutôt très contents, parce qu’il s’agit, pour eux, d’une expérience vécue intense mais qu’ils ne reproduiront qu’une ou deux fois avant de dire : « plus jamais ». Ce n’est donc pas réellement du gagnant-gagnant et cela ne préfigure pas d’un modèle. L’expérience des Grands Voisins est un très beau projet, qui juxtaposait des programmes très différents et a permis à de nombreuses personnes de se rencontrer. Mais la question de la pérennité, que chacun pouvait espérer, n’a pu être possible qu’à la marge avec une programmation particulière sur certains rez-de-chaussée. Les temporalités courtes, qui permettent de préfigurer des possibles pour le futur, n’ont donc pas encore suffisamment de valeur face à la question financière d’un projet.

Pouvez-vous expliquer la manière dont vous traitez très concrètement la question du temps ? Avec quels outils ? Quelles méthodes ?

Dans un projet urbain, j’organise au préalable des ateliers, de type diagnostic partagé avec les habitants. On a créé « jeu de VILLE » avec une collègue paysagiste, qui consiste à découvrir la ville à travers la perception des habitants. Le principe est de faire réagir les habitants sur des mots, évoquant des perceptions, tels que « sombre », « silencieux », « lumineux », « compact », etc. Cela permet d’obtenir un autre regard sur le territoire que celui des experts. Cela permet également aux habitants de prendre autrement conscience de leur ville. Le projet se dessine en prenant en compte ces perceptions, pour les affirmer, les atténuer. Il s’agit d’un jeu qui se situe dans la continuité des situationnistes : s’appuyer sur une dérive urbaine pour interroger la fabrique de nos territoires. Nous définissons ensuite ensemble des questions de programmation. Ce point de départ dans les projets, reste essentiel.

Le projet architectural gagne à être participatif et concerté, avec un autre rapport au présent. L’objectif est que le futur habitant n’arrive pas dans un logement standardisé, achevé dans lequel il installe ses meubles. Il s’est déjà investi au préalable. Je suis convaincue, avec toutes ces expériences, qu’il y a une fierté quand on a participé aux projets. Cela se traduit par un plus grand respect pour l’espace, un investissement plus important dans les lieux à vivre. Il s’agit d’une mission complémentaire à celles qui sont énumérées par la loi MOP, mais elle devrait être inscrite. Chaque habitant est singulier et possède son mode de vie : cela prend du temps de les connaître mais ce sont eux qui permettent de personnaliser les projets que les architectes dessinent.

Pouvez-vous nous indiquer des références qui vous aident à penser la question du temps ?

Ce qui relève de l’urbanisme informel m’intéresse et m’enrichit. Yona Friedman, par exemple, défend une architecture sans architecte. La ville spontanée, avec les quartiers informels, représente la majorité des villes dans le monde, or cette forme d’urbanisation n’est pas considérée et son éradication a longtemps été envisagée, mais cela est impossible.

Thierry Paquot a également beaucoup alimenté ma réflexion, à la fois en tant que directeur de ma thèse de doctorat mais également comme personne, qui ouvre les débats, nourrit de sa culture, de ses lectures. Un philosophe de l’urbain, qui nous montre que l’écologie, la dégradation de l’environnement demeurent des sujets qui ne font que se dégrader depuis cinquante ans, en toute connaissance de cause pour les décideurs.

Je lis aussi de plus en plus de textes d’économistes, comme Saskia Sassen, dont j’ai beaucoup apprécié le livre Expulsions, et Kate Raworth, qui a écrit la Théorie du Donut. Elle explique que l’économie, pensée autour de la croissance est une hérésie et devrait être tournée autour d’un bien-être. Sa théorie repose sur sept points et bouscule tous les acquis. L’économie circulaire est également devenue un incontournable de mes lectures et expériences, concernant ce rapport au temps. L’économie linéaire, qui repose sur le trio : extraire, consommer, jeter repose sur le principe de ressources illimitées et de ce fait d’une vision très court-termiste. Fonder un projet architectural sur une économie circulaire signifie que l’on conçoit autrement, en circuit court, en utilisant une ressource qui était vouée à être jetée. L’économie circulaire, l’auto-construction ou l’urbanisme qui n’est pas forcément dans la norme m’intéressent parce que, finalement, ce n’est pas descendant mais repose sur des intelligences collectives, un système en rhizome. C’est très riche, et cela fabrique une dynamique avec une plus-value humaine fabuleuse. A mon échelle, je tente de diffuser ce changement, à travers l’enseignement, la pratique, les articles. Je me suis engagée à l’Ordre des Architectes pour défendre notre plus-value spatiale face aux multiples acteurs qui ont une vision fondée sur le modèle financier. La pandémie de COVID-19 a mis en évidence que les gens ne vivent pas si bien dans les métropoles, malgré la quantité de services. Je suis convaincue que nous sommes dans un moment de transition qui va engendrer un changement de valeurs, mais ce moment est fragile parce que beaucoup de choses se poursuivent malgré tout comme avant.

Comment définiriez-vous le temps ?

Comme l’a dit Bachelard : « l’instant présent est le seul domaine où la réalité s’éprouve ». J’aime beaucoup cette phrase. J’essaie de bien utiliser ce temps présent, mais cela est très compliqué car en tant qu’architecte, je pense être en permanence dans la projection. Pourtant, j’insiste, le temps présent est le plus beau, c’est celui de la vie !

[1] Diplôme d’études approfondies

Bibliographie sélective

– Durand, Anne (2017), « Quand Mexico éclaire la mutabilité urbaine », Métropolitiques, 25 septembre 2017. URL : https://metropolitiques.eu/Quand-Mexico-eclaire-la-mutabilite.html

– Durand Anne (2017), Mutabilité urbaine. La nouvelle fabrique des villes, Editions Infolio, coll. Archigraphy.

– Durand Anne (2012), « La mutabilité en urbanisme, une rupture méthodologique ? », Urbanisme, n° 383, avril.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search