François RACINE

Entretien avec François Racine

Professeur-chercheur en design urbain et urbanisme, Département d’études urbaines et touristique, UQAM

 

Entretien mené durant l’été 2020

Propos recueillis et retranscrits par Pascale Nycz

Repères

  • 2022 : publication de Lire en comprendre les environnements bâtis au Québec : la morphologie urbaine au service d’une démarche d’aménagement durable (Presses de l’Université du Québec).
  • 2022 : membre du Conseil du patrimoine culturel du Québec, ministère de la Culture et des Communications.
  • 2014 : professeur-chercheur en design urbain et urbanisme, Département d’études urbaines et touristique, UQAM.
  • 2001-2014 : co-associé Atelier B.R.I.C. architectes + urbaniste, Montréal.
  • 1993-2014 : chargé de cours et de formation pratique en architecture, urbanisme et design urbain, Université de Montréal.
  • 1993-1999 : thèse de Ph.D. en aménagement, Université de Montréal.

Pouvez-vous présenter votre formation et votre parcours ?

J’ai démarré ma scolarité au baccalauréat en urbanisme à l’Université de Montréal mais, dès la première année, j’ai bifurqué vers l’architecture parce que la dimension physico-spatiale et la notion de design m’intéressaient beaucoup. J’ai donc suivi une formation en architecture à l’Université de Montréal avant de réaliser la dernière année à l’École d’architecture de Paris-Belleville. J’ai ensuite poursuivi mes études de deuxième cycle à l’Université de Paris VIII (Institut français d’urbanisme) où je pouvais à la fois suivre des enseignements théoriques et un atelier en morphologie urbaine dans une école d’architecture (CEA en architecture urbaine). Pour finir, j’ai obtenu un DESS en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme et, simultanément, un certificat d’études approfondies en architecture urbaine à l’École d’architecture de Paris-Belleville.

Ensuite, j’ai pratiqué en architecture et en urbanisme à Paris et à Montréal. Je me suis rapidement retrouvé à être impliqué dans l’enseignement, notamment à titre de chargé de cours à l’Université de Montréal, ce qui m’a donné envie de poursuivre jusqu’à l’obtention d’un doctorat en aménagement, toujours dans le champ de la morphologie urbaine.

Dans mes recherches, je me suis surtout intéressé à la transformation des milieux bâtis au Québec à partir du début du XIXe siècle jusqu’à nos jours, en étudiant la problématique liée aux phénomènes de continuité et de discontinuité spatiales et morphologiques. Nous étions à un moment où l’on se posait beaucoup de questions sur la façon de transformer les milieux vernaculaires, avec un intérêt marqué pour le patrimoine bâti de nos villages et de nos villes. À cette époque, la question était pour moi :  comment la morphologie urbaine peut donner des outils pour gérer de manière lucide et éclairée la transformation des milieux bâtis ?

J’ai également ouvert un bureau de consultants en architecture, en urbanisme et en design urbain. On y faisait beaucoup de caractérisation d’environnements bâtis, des projets d’architecture et de design urbain basés, justement, sur une meilleure connaissance des environnements bâtis existants. Maintenant j’œuvre à temps plein comme professeur-chercheur en urbanisme et design urbain à l’UQAM.

À quel moment avez-vous travaillé sur la question du temps ? Quelle est la place du temps dans vos recherches ?

Je dirais que ce n’est pas tellement un élément qui est en avant-plan dans mes recherches. C’est plutôt un élément qui me permet – un peu grâce à votre recherche – de me poser cette question a posteriori. Je me rends compte de l’importance de voir la ville comme étant un élément de sédimentation dans le temps. La ville, c’est de l’histoire. On ne peut jamais vraiment saisir un environnement bâti sans comprendre sa formation sur la longue durée. La ville est un élément dynamique, mais cela est moins perceptible car nous parlons ici d’un temps long. Comme chercheur, la notion de temporalité, de formation, de transformation est une prémisse de base. Je travaille présentement sur une recherche qui a pour thème l’évolution des pratiques du design urbain à partir des années 1950. Cela s’inscrit nécessairement dans un système évolutif d’essais-erreurs et d’éléments de continuité ou d’éléments de transformation, mais finalement, il s’agit d’un processus temporel.

Je travaille aussi beaucoup sur l’urbanisme participatif. Dans ma pratique et mes recherches, j’ai été amené à mettre en place des exercices participatif de codesign, notamment pour l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal ou en association avec la Table de concertation du Faubourg Saint-Laurent. L’idée de mettre en place des outils de codesign implique la notion de temps. C’est un temps de négociation, de concertation, c’est un temps pour mettre en place des projets de manière concertée.

Pourquoi est-il important de s’intéresser au temps en urbanisme aujourd’hui ? Quels sont, selon vous, les enjeux contemporains ?

Il y a un autre élément important qui s’ajoute. C’est celui du temps par rapport à la question des changements climatiques. Il y a une nouvelle notion d’urgence à transformer les pratiques et les façons de faire en urbanisme et en design urbain. Je pense qu’il s’agit là d’un enjeu contemporain majeur. Il s’agit d’un temps à une échelle plus macro qui change notre rapport au monde, et en particulier à la nature. À la Renaissance, l’humain, création divine par excellence, était au centre de l’univers. Actuellement, nous devons nous rendre compte que nous ne sommes qu’une espèce parmi d’autres. Selon ce nouveau paradigme, Il y a urgence à changer nos pratiques, à changer philosophiquement la posture établie depuis des siècles. Au niveau de l’urbanisme, cela implique de considérer la ville comme un organisme en perpétuelle mutation et en changement et de comprendre les répercussions de nos pratiques d’urbanisation à court et à long terme. Donc pour moi, ce qui est central dans la pratique de l’urbanisme, c’est vraiment d’instaurer un processus de transformation du cadre physico-spatial en accord avec les besoins de la population mais aussi en tenant compte des répercussions de nos pratiques sur l’environnement, et en particulier sur les bouleversements climatiques. Donc l’optique, quand on parle d’aménagement urbain, de transformation, ou d’action sur la ville, est de considérer l’environnent bâti comme un élément dynamique en interaction avec un environnement plus large, et non formé d’éléments qui sont figés dans les temps et dans l’espace. Nous devons aborder la problématique actuelle en termes de processus puis de système d’interaction. La notion de temps est centrale dans cette optique-là.

Comment est considérée la question du temps dans votre discipline ?

Prenons la définition de l’urbanisme que donne Choay et Merlin dans le Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement [1] : « science, art ou technique de l’organisation spatiale des établissements humains ». Il s’agit d’une discipline ancrée dans l’action d’aménager, donc le temps est vraiment un élément de premier plan. Il y a un avant et un après l’acte d’organisation spatiale. Si l’on prend la définition qu’ils donnent du design urbain, on parle d’un « processus de conception et de mise en place d’arrangements physiques qui vont permettre de gérer la croissance de la ville à travers permanence et changement ». Donc dans la notion de design urbain, cette notion de temps et de processus est peut-être plus à l’avant-plan que dans la définition de l’urbanisme.

Quelles références mobilisez-vous pour aborder la question du temps dans votre travail ? Par exemple théories, disciplines, pratiques ?

Je parlais tout à l’heure de la notion de système de l’environnement bâti selon l’influence du structuralisme et des études en linguistique dans mon champ de spécialisation lié à la morphologie urbaine dans les années 1950. Le contexte intellectuel des années 1950 a permis la genèse de ce champ de recherche lié aux disciplines de l’architecture, de l’urbanisme, de l’architecture de paysage et du design urbain. Donc la notion de système et de types bâtis est comme un langage symbolique et spatial qui est hérité, une structure de pratique de l’espace et d’édification qui est déjà présente dans la tête de chaque humain, comme le langage dont on hérite à notre naissance.

Dans nos pratiques spatiales quotidiennes, nous possédons un système cognitif pour comprendre la hiérarchie des espaces publics, la distanciation qu’on doit avoir les uns vis-à-vis des autres, notre rapport au public et au privé. Ce système non conscient permet à chaque individu de gérer sa vie intime, dans son logement versus la vie entre voisins à l’échelle du voisinage, à travers la fréquentation des rues, des places publiques, des quartiers et de la ville. Cette structure sociale correspond aussi à des structures morphologiques d’organisation spatiale. Donc je pense que dans ce cadre-là le temps est important, dans le sens où nous héritons de certaines structures que l’on apprend à comprendre, à  vivre au quotidien, car si l’on agit dessus, il faut savoir les conséquences que cela peut avoir.

En morphologie, nous postulons l’existence de ce code culturel et de langage, qui est comme un code génétique, lié à l’histoire. Nous sommes héritier d’une manière de fabriquer la ville, de techniques constructives qui nous sont propres, qui forment notre façon d’intervenir sur la ville, mais on hérite d’une ville qui est déjà-là (rires). Nous devons avoir la capacité de la transformer, parce que chaque société n’a pas nécessairement le luxe de tout raser à chaque fois que de nouveaux besoins se présentent ou qu’une nouvelle vision sociale émerge. Donc il existe une espèce d’inertie de la forme urbaine, qui fait que le temps nous rattrape, et que l’environnement bâti que l’on a sous les yeux comporte des morceaux du début du siècle, des morceaux actuels, il y a des traces, des tracés qui étaient là bien avant, qui préexistaient. Donc cette notion de temporalité est très importante  en morphologie, par le biais du structuralisme puis par celui de l’analyse diachronique que l’on en fait en se basant sur les postulats de base de ce champ de recherche éclairant les pratiques d’édification.

Comment traitez-vous la question temporelle ? À partir de quels terrains, de quels cadres théoriques et de quelles méthodes ?

Je m’appuie sur le cadre théorique structuraliste et sur une analyse systémique pour aborder l’échelle des tissus urbains en général, pour l’étude des composantes du tissu et de la relation des bâtiments au tissu urbain, donc les modes d’implantation et, éventuellement, sur la forme architecturale aussi. Compte tenu de ma formation, entre l’architecture et l’urbanisme, ce sont vraiment à ces échelles-là que je travaille et effectue mes recherches. Je ne travaille pas tellement à l’échelle du territoire.

Dans mes recherches-créations sur le codesign, je travaille plus sur les espaces libres, les places publiques ou sur le réseau viaire, comme les ruelles, donc sur certaines composantes du tissu. Nous avons travaillé à l’échelle de l’îlot aussi, qui est une échelle intéressante parce qu’elle regroupe des résidents et plusieurs intervenants, à la fois à l’échelle locale puis à l’échelle d’un quartier. Puis toujours cette notion, à chaque fois que l’on fait un projet, d’analyse des phases de formation et de transformation du milieu qui intègre la dimension incontournable du temps dans lequel nos actions s’inscrivent. Analyses jumelées avec une étude socioéconomique, puis des usages. On regarde également le milieu tel qu’il est actuellement, soit inscrit dans la synchronie. En ce qui a trait à des considérations de la forme urbaine, on va plus les regarder dans la diachronie, la manière dont elles se forment et se transforment, pour voir comment nos actions peuvent catalyser ou générer des phénomènes de transformation.

Comment considérez-vous que la question du temps traverse, interroge les sociétés autant que la production de la ville aujourd’hui ? Quels aspects ou dimensions en jeu vous en semblent les plus fondamentaux ?

Je pense que sur le plan global, c’est ce dont j’ai parlé tout à l’heure. Il s’agit de la notion de crise climatique, de compte à rebours pour l’ensemble de la société. Nous venons de voir aussi avec le COVID, que des changements peuvent être planétaires. Donc nous évoluons dans un monde où l’humanité est plus intégrée. Les éléments de barrière sur lesquels on a forgé nos sociétés, ou de différences ou de nations, sont à mon avis de moins en moins pertinents, en tout cas pour l’aménagement de la ville puis, pour éventuellement trouver des solutions pour contrer les changements climatiques et changer nos pratiques de mobilité.

Actuellement, nos espaces publics prennent un nouveau sens car le cycle de migration quotidienne qu’implique la ville fonctionnaliste est devenu un cauchemar, parce que les gens doivent quotidiennement suivre un rythme pendulaire pour aller travailler au centre, puis retourner dans leur zone pavillonnaire. Les intervenants en urbanisme sont en train de requestionner ce modèle parce que les gens peuvent travailler maintenant de leur domicile. Cela fait en sorte que la ville peut retourner aux citoyens, il n’y a plus besoin de circulation véhiculaire, puis de pression de celle-ci sur les axes et les rues. Le rôle strictement véhiculaire de la rue, selon le paradigme des années 1950-1960, peut être remis en question fondamentalement.

Et aussi, on l’a vu en contexte de COVID, les places publiques, les jardins, sont devenus les seuls lieux de socialisation que beaucoup d’individus pouvaient avoir parce qu’ils ne pouvaient plus se retrouver en famille. Afin de sortir de leur intimité, de leur couple ou de leur famille, pour aller vers l’autre, leur option à été de converger vers les lieux publics, les places publiques, tout en respectant une distance de deux mètres. J’ai vraiment constaté la réappropriation et l’importance des espaces publics. Pour les gens qui étaient dans des milieux suburbains, ou qui étaient dans des milieux où le commerce était plutôt monofonctionnel, les centres d’achat, il y a eu un manque criant d’espace public pour répondre aux besoins de base des humains de socialiser. Puis on s’est rendu compte aussi que l’Internet, le virtuel n’était pas suffisant. L’idée selon laquelle le progrès signifiait que l’on aura plus besoin de places publiques, plus besoin de la ville, que la morphologie c’est du passé à été fortement ébranlée.

Quelles évolutions avez-vous pu constater sur les enjeux temporels dans le champ de productions urbaines selon vous ? Quels en ont été les moteurs, les facteurs influençant cette évolution ?

Nous parlons dans l’actualité, de pandémie, de problèmes climatiques. Concrètement, cela signifie qu’à ce moment même, si vous êtes chez vous, il fait beau dehors mais il fait 31 degrés, il y a de l’humidité, donc nous sommes encore dans notre bulle, sans pouvoir aller dehors à cause du climat. Il est difficile également de vaquer aux activités de notre vie quotidienne à cause de la pandémie, que l’on peut attraper et mourir, donc notre rapport à l’espace est complètement bouleversé. Alors il va falloir changer profondément nos pratiques d’édification. Là on le vit, c’est plus juste une certaine partie de la population, c’est tout le monde, c’est globalisé. Alors je pense que là, il faut revoir nos paradigmes au niveau de l’aménagement urbain, parce que je pense que l’aménagement et l’urbanisme sont en première ligne, car ils déterminent comment les humains s’établissent sur la planète terre et notre façon de l’habiter. Il va falloir requestionner fondamentalement chaque geste que l’on pose. On va prendre l’avion, on va prendre la bagnole, pas de problème. Non, ce n’est plus possible ! Toute notre société était basée sur le confort des individus, des familles. Mais c’est notre confort collectif qui est plus important, parce que si collectivement on n’a pas un environnement sain puis des lieux de vie qui sont plus en phase avec les problématiques environnementales, c’est toutes nos libertés individuelles, puis même nos aspirations et nos trajectoires de vie individuelles, qui vont être bouleversées.

Bibliographie sélective

– Racine, François et al. (2022), « Lire et comprendre les environnements bâtis au Québec : la morphologie urbaine au service d’une démarche d’aménagement durable », Presses de l’Université du Québec, Québec.
– Racine, François. et Ananian, Priscillia. (2019), « L’influence des approches théoriques d’urbanisme transnationales sur les projets urbains : regards croisés entre Montréal et Bruxelles », RIURBA : revue internationale d’urbanisme, (7). http://www.riurba.review/Revue/linfluence-des-approches-theoriques-durbanisme-transnationales-76/
– Racine, François. (2019), “The influence of urban design theories in the transformation of urban morphology: Montreal from 1956 to 2018”, Journal of Urban Design, 24(6), pp. 815–839. http://dx.doi.org/10.1080/13574809.2019.1601994
– Racine, François. (2018), “Planned built environments and city transformation: urban design in Montreal, 1956-2015”, Urban Design and Planning, 171(3), pp. 99–111. http://dx.doi.org/10.1680/jurdp.17.00015
– Racine, François. (2017), « Urbanisme participatif et co-design à Montréal : la démarche “Imaginons la place Gérald-Godin !” », RIURBA : revue internationale d’urbanisme, (3, juillet-décembre). http://www.riurba.review/Revue/urbanisme-participatif-et-codesign-a-montreal-la-demarche-imaginons-la-place-gerald-godin/
– Racine, François. (2016). “Developments in urban design practice in Montreal: a morphological perspective”, Urban Morphology, 20(2), pp. 122–137.

[1] Merlin, Pierre ; Choay, Françoise. (1988), Dictionnaire de l’urbanisme, de l’aménagement, du logement et de l’environnement, Paris, PUF.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search