Guillaume ETHIER

Entretien avec Guillaume Ethier

Professeur en théories de la ville, rapports espace-société au Département d’études urbaines de l’UQAM

Réalisé par Pascale Nycz

 

 

Repères

    • 2023 : Présentation de l’essai photographique Montréal : an Assemblage of Fortunate Mistakes en ouverture du colloque annuel de la Society of Architectural Historians.
    • 2022 : Publication de la première édition de La ville analogique (Atelier 10)
    • 2021 : Diffusion des premiers épisodes du balado Cadre bâti
    • 2019 : Professeur en théories de la ville, rapports espace-société, UQAM
    • 2015 : Postdoctorat à l’Université McGill
    • 2014 : Postdoctorat à l’University of Edinburgh
    • 2013 : Prix Phyllis Lambert et Jean-Pierre-Collin pour ma thèse de doctorat en études urbaines
    • 2009 : Obtention d’un bourse doctorale Joseph Armand Bombardier du CRSH
    • 2008 : Publication de mon mémoire de maitrise sur Beyrouth

Pouvez-vous me parler de votre formation et de votre parcours afin de mieux vous connaître ?

J’ai étudié à l’université en sociologie un peu par hasard, peut-être par désœuvrement. La première année ne m’a pas particulièrement plu, ça m’a pris un certain temps avant de tomber sur des professeurs qui m’intéressaient vraiment, qui parlaient de modernité ou de postmodernité par exemple. Cette périodisation historique m’a fasciné tout d’un coup et j’ai finalement vraiment trouvé mon pied en sociologie. Je viens d’un milieu où personne n’est allé à l’université. Mes parents étaient très cultivés, mais ils n’avaient pas étudié comme tel alors entreprendre une carrière universitaire n’a jamais vraiment fait partie de mes plans. Parallèlement, je faisais aussi de la musique, mais je ne sais pas pourquoi, je ne voulais pas étudier cette discipline. C’est vraiment à partir de ma deuxième année d’université que le déclic est survenu. Je ne devais plus seulement suivre les règles et faire des cours de méthodologie, j’avais aussi la possibilité de réfléchir, de transcender un peu la réflexion. J’étais super à l’aise dans ce contexte et je suis devenu un bon étudiant ; il y avait un dialogue qui s’établissait avec mes professeurs.

À peu près au même moment, je découvrais l’architecture – peut-être dans une perspective un peu formelle – mais je découvrais tout d’un coup une sorte d’équation magique où je me rendais compte que l’architecture, et plus largement le cadre bâti, sont des expressions spatiales d’idées sociologiques, voire des représentations d’elles-mêmes des sociétés. Une cathédrale, un centre d’achat ou une plaza, c’est une forme finie qui traverse le temps, une sorte d’incarnation spatiale des idées sociales. J’ai alors suivi des cours d’urbanisme qui m’ont amené à m’intéresser aux théories urbaines et à l’histoire de l’architecture et je me suis dit qu’il y avait sûrement une façon d’aborder la société à travers les formes qu’elle produit. Je vois ça comme une sorte de « concentré de société ». Puis, l’intérêt est resté et j’ai commencé ma maîtrise. Un peu par hasard, je me suis intéressé à ce qui se passait à Beyrouth (au Liban) où ils étaient en train de reconstruire le centre-ville après la guerre civile. Ce processus mobilisait toutes sortes d’affects en lien avec ce passé problématique et avec la mémoire nationale et ce, en fonction de différents groupes. Je trouvais que quelque chose de très fort se produisait et qu’on pouvait le raconter à travers le design urbain. J’ai publié mon mémoire de maîtrise et j’ai poursuivi mes études au doctorat, cette fois en études urbaines parce que j’avais cette impression que j’allais baigner dans un monde de gens qui s’intéressaient à des thématiques similaires. Je me suis vite rendu compte que ma perspective était quand même assez différente des autres étudiants, c’est-à-dire que je m’intéresse beaucoup à la symbolique des lieux. Je me sens plus près de gens comme Roland Barthes par exemple, mais je côtoyais des gens qui étaient plutôt en sociologie urbaine, plus empirique, ou qui étudiaient les mouvements sociaux, des phénomènes de quartier. De la sociologie appliquée en quelque sorte, mais dans un contexte urbain.

Au doctorat, je me suis intéressé à un débat qui avait cours en théorie de l’architecture et qui portait essentiellement sur la « starchitecture » et l’architecture iconique. Je souhaitais amener ce débat dans une dimension urbaine et sociale. Pourquoi est-ce que la monumentalité que l’on crée aujourd’hui (je parle dans les années 2000-2010) est aussi flamboyante, aussi abstraite… en d’autres mots, qu’est-ce qu’on veut faire avec ce type de projet ? C’est une      monumentalité qui part de l’ordinaire des milieux urbains pour manifester quelque chose qui est différent, qui se distingue d’une certaine façon. J’ai aussi travaillé sur le « placemaking », la culture numérique et ce genre de choses.

À quel moment avez-vous travaillé sur la question du temps ? Quelle est la place du temps dans vos recherches ?

Je dirais, de manière générale, que je me suis d’abord essentiellement intéressé à la dimension spatiale, et je pense que c’est pour ça que je suis allé vers les études urbaines. Je trouvais qu’il y avait quelque chose de libérateur à aborder l’espace parce que la conception du temps qui se déploie dans le temps social est très liée à l’histoire. Il y a quelque chose qui est enraciné dans une historicité profonde où les choses se surimposent les unes sur les autres à travers le temps. Ces racines sont lourdes à porter. Quand on parle du passé aristocratique par exemple, c’est un temps long qui vient s’inscrire dans toutes sortes de manifestations contemporaines intéressantes à observer. Le temps, pour moi, n’était pas quelque chose de nécessairement accessible ou familier. C’est aussi lié à l’intérêt que j’ai pour les cartes. Je trouve ça fascinant à regarder. J’ai d’ailleurs un livre à la maison qui traîne depuis que je suis enfant. Il s’appelle « L’Amérique du Nord au volant », c’est des cartes qui sont complètement datées aujourd’hui, mais j’ai toujours aimé regarder ces cartes. Il y a quelque chose de concret là-dedans, c’est l’idée que l’espace existe. On peut aller visiter l’Acropole par exemple. Cet espace existe même si je ne porte pas en moi le bagage ou la connaissance profonde de l’Antiquité grecque. On peut s’y intéresser comme phénomène tangible. Les cartes, pour moi, c’est comme un raccourci. Le temps est ainsi devenu quelque chose de plus abstrait dans ce contexte-là, mais c’est revenu plus tard.

Pour répondre à la question, le temps est revenu lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’expérience des usagers dans des lieux, puis, j’ai commencé un projet qui est toujours en cours depuis des années dans lequel je réalise des parcours commentés au projet Bonaventure à Montréal. Je me suis notamment inspiré de Kevin Lynch qui présente un peu la ville comme une expérience temporelle, comme quelque chose qu’on ne peut pas regarder comme un aplat à distance. C’est plutôt quelque chose qu’on va parcourir, qu’on va traverser étape par étape. C’est à ce moment que je me suis rendu compte que l’expérience que je voulais étudier (et mon expérience personnelle de la ville) étaient très liées au temps. Autrement dit, comment est-ce que l’on peut, dans le cadre d’intervention urbanistique, réfléchir davantage à cette dimension temporelle ? Je pense qu’elle est souvent négligée dans les procédés même de la conception urbanistique. Des activités, comme des parcours commentés, c’est peut-être une façon de ramener cette temporalité dans l’étude de l’espace.

Pourquoi est-il important de s’intéresser au temps en urbanisme aujourd’hui ? Quels sont, selon vous, les enjeux contemporains ?

Je vais commencer par raconter une anecdote et je répondrai à la question ensuite. Je travaille sur un projet en collaboration avec un artiste, Jean-François Prost. Il y a quelques années, il a fait des travaux de rénovation dans une maison. Afin de le payer pour son travail, le propriétaire lui a donné un terrain dans le Mile-Ex, un quartier de Montréal. C’était en 2003 ou 2004, le terrain était petit, pas construit, il y avait un arbre et des palissades, c’est tout. Il s’est fait donner ce terrain par le propriétaire qui lui a dit « peut-être qu’un jour ça aura une certaine valeur ». Et depuis, le quartier s’est complètement transformé de sorte que le terrain a maintenant une très grande valeur. Il s’est fait solliciter par toutes sortes de promoteurs, des nouveaux résidents, etc. Finalement, Jean-François a choisi de garder le terrain et de le laisser en jachère et il le laisse se développer naturellement, sans intervenir. Il y a des étés où des gens allumaient des feux, d’autres qui faisaient du camping, des artistes qui ont fait des installations de fleurs. Puis, c’est devenu un genre de petit laboratoire sur les temporalités. On a travaillé, lui et moi, sur un petit texte sur ce terrain. On a placardé le texte dans le quartier pour montrer ce que c’était. Tout cela est inclus dans un livre qui s’appelle « Stopping / Arrêts » dans lequel on réfléchissait sur la question de la pause dans les espaces urbains. Comment est-ce qu’on fait des pauses aujourd’hui et pourquoi c’est important ?

Alors pourquoi l’enjeu du temps est important pour moi aujourd’hui ? Je suis en quelque sorte inspiré par Paul Virilio qui a beaucoup parlé d’accélération, ce piège qui consiste à nous donner l’impression que les choses vont toujours hyper vite et qu’il faut toujours accélérer le développement urbain. Ça nous ramène aussi à Marx qui parlait de « stabilité dynamique ». Il faisait une analogie avec un cycliste qui doit toujours pédaler pour rester en équilibre. Dans le monde dans lequel on vit, on a toujours l’impression que les choses accélèrent tout le temps et qu’il faut toujours aller plus vite et trouver des solutions rapidement. Pour moi, je trouve que c’est un énorme piège. À chaque fois qu’on essaie de faire les choses trop vite, c’est là que ça se passe mal. C’est ce qui arrive actuellement avec le Mile-Ex. En moins de trois ans, on a décidé d’en faire un pôle de l’intelligence artificielle et on est en train de chasser les gens qui habitent dans le quartier depuis longtemps, des personnes âgées, des populations d’origine italienne qui habitent ce quartier depuis toujours. On achète leurs maisons, les loyers augmentent, plusieurs immeubles sont en train d’être démolis (au moins une quinzaine) et ils veulent faire des tours à la place. Il y a des ateliers d’artistes qui sont en train de disparaître alors que c’est eux qui avaient amélioré le quartier il y a quelques années. Donc pour moi, c’est un problème cette idée que les choses s’accélèrent. Il faut faire des pauses, prendre le temps de réfléchir et se demander ce qu’on fait avec le patrimoine industriel. Il y a des façons de faire et si on ne fait pas un devoir de mémoire, on va se retrouver rapidement avec un quartier qui n’intéresse plus personne et qui va être trop cher.

Comment est considéré la question du temps dans votre discipline ?

Qu’est-ce que ma discipline ? C’est plutôt ça la question (rires). Je considère que je suis un peu dans la famille des études urbaines, cet agglomérat de gens qui considèrent le phénomène urbain avec plein de perspectives différentes. Dans cette discipline, on retrouve un peu cette polarité entre des études très liées aux humains, et qui ont très peu à voir avec les lieux ou les formes matérielles, et à l’inverse, des études très liées à l’espace et aux lieux. Le temps me semble transversal à tout ça. En fait, ce que je veux dire, c’est que souvent, on veut parler d’espace, mais on finit par parler du temps. C’est un peu la donnée manquante, celle que l’on ne considère pas. J’ai l’impression que les discussions sur les questions urbaines, se terminent toujours sur des questions de temps. Si l’on prend l’exemple de la gentrification (qui n’est pas nécessairement une question qui m’intéresse sur le plan de la recherche, mais si on considère les résultats de recherche), ce qui peut être fait dans des quartiers pour la freiner ou mieux la gérer, j’ai l’impression qu’en bout de ligne, c’est toujours une question de temps qui devient fondamentale. C’est-à-dire quelle est la séquence dans laquelle les choses se produisent ? Comment peut-on faire en sorte qu’un quartier se bonifie, mais pas de manière trop drastique pour qu’il y ait des laissés pour compte. Puis, ça touche aussi une autre question qui m’intéresse davantage et c’est la question du placemaking ou de l’urbanisme temporaire. Je travaille avec des groupes (La Pépinière, par exemple) qui agissent dans cette perspective, plus près du développement agile ou durable. L’idée toutefois, pour eux, ce n’est pas nécessairement de faire du « permanent ». Permanent et durable, ce ne sont pas des synonymes. Au contraire même, les choses peuvent être faites vite, de manière agile, mais être durables. C’est ce que les gens veulent à un moment donné. En « urbanisme » il y a souvent cette idée que les choses doivent être planifiées de façon plus grande, à une échelle plus large, sur une temporalité plus longue. Dans l’urbanisme moderniste des années 1940-50-60, on était toujours dans ces projections-là. Toujours plus grand, plus gros, mais à un moment donné, tout ça s’éloigne de l’expérience réelle, humaine et ça devient abstrait et pas nécessairement intéressant. Je pense que les approches temporaires développées dans les dernières années ont quelque chose à offrir de rafraîchissant jusqu’à un certain point. Nous ne sommes plus obligés d’attendre pour mettre en place un aménagement, pour transformer la ville ; de toute façon, le projet parfait, il n’existe pas vraiment. L’espace urbain est contesté tout le temps, alors aussi bien faire des petites interventions qui seront transformées, mais ce n’est pas très grave au fond parce que ça correspond à ce dont on a besoin dans l’immédiat.

Quelles références utilisez-vous pour aborder la question du temps dans votre travail ? Par exemple théories, disciplines, pratiques

Ma référence la plus importante, c’est certainement Paul Virilio qui est un philosophe et urbaniste français. Il parle beaucoup d’accélération. Il y a Lynch dont j’ai aussi parlé tout à l’heure. Sinon, j’ai besoin de réfléchir davantage à ces théories et de faire un travail pour regrouper certaines perspectives. Dans les dernières années, je me suis intéressé aux tiers-lieux et dans ce cas, ce sont les travaux d’Oldenberg qui ont retenu mon attention. Pour lui, les tiers-lieux sont des espaces qui ne sont pas fixes dans l’espace. Il s’agit de lieux qui sont négociés dans le cadre d’une journée par exemple. Je trouve que c’est intéressant de réfléchir à la ville dans cette perspective. Dans la séquence « maison/travail », c’est intéressant de savoir ce qui se passe entre les deux, le « avant » et le « après ».

Je pense aussi aux travaux de Marc Auger sur les non-lieux. Il parle de la « surmodernité » – l’époque qui nous caractérise – et des excès divers, notamment d’espace et de temps. Déjà, dans les années 1990, il disait que l’on entrait dans une époque où les choses se bousculent et passent très, très rapidement, les unes après les autres et ça fait partie de notre condition. J’ai sollicité Marc Auger dans une réflexion que je suis en train d’avoir dans un livre en rédaction sur le rôle de la ville dans le contexte de l’ère numérique. Comment est-ce que l’on négocie la ville tandis que les espaces publics, jusqu’à un certain point, sont en train de se déplacer un peu vers la sphère virtuelle ? On est toujours dans une situation d’ubiquité où on fait l’expérience des espaces publics, mais on est en même temps connecté sur notre téléphone, donc connecté sur un ailleurs permanent qui se passe super rapidement. Ça peut être déstabilisant jusqu’à un certain point.

À partir de quels terrains traitez-vous la question temporelle ?

S’il y a un projet qui incarne un peu la question temporelle, c’est ce que j’ai fait en lien avec le projet Bonaventure. C’est un projet qui est basé sur des parcours commentés que j’ai modifié un peu, c’est-à-dire que je me sers du fait que les gens ont des téléphones pour leur demander de prendre des photos. L’autoroute Bonaventure, construite dans les années 1960, était surélevée, puis, en 2016, elle a été abaissée au sol et à la place, ils ont construit un parc. C’est comme la nouvelle entrée de la ville de Montréal où on retrouve des œuvres d’art, dont une de Michel de Broin notamment. Juste avant qu’ils détruisent l’autoroute, j’ai fait 36 parcours commentés avec des gens. On partait de Griffintown et je leur demandais de prendre des photos. En fait, je leur demandais d’aller prendre une photo de l’affiche « Farine Five Roses » et ça faisait en sorte qu’ils traversaient la structure autoroutière. Ils devaient commenter leur parcours, voir comment ils se sentaient par rapport à cette structure après coup. Et puis, je pensais refaire le même parcours avec de nouvelles personnes maintenant que la structure n’est plus là. Je devrais être en mesure de faire ça l’été prochain. Ça va me permettre de comparer les deux aménagements qui ont 50 ans de différence. Un qui est très fonctionnaliste avec des structures monofonctionnelles et un nouveau, plus mixte. La temporalité est investie par le fait que c’est un parcours commenté donc, c’est vraiment une expérience linéaire, réelle. Ce n’est pas comme regarder un plan et dire « j’aime ça » ou « je n’aime pas ça » ; la question, c’est plutôt de se demander comment est-ce que l’on passe d’un quartier à l’autre (de Griffintown au Vieux-Montréal). Est-ce que les gens ressentent le changement ?

Sinon, j’accompagne La Pépinière dans un projet de recherche partenariale. Nous en sommes à la troisième année, et l’idée était de mettre sur pied une vigile interne pour voir comment était perçu leur site de placemaking par les usagers. La deuxième année, on voulait savoir comment cela était perçu dans le quartier, le fait qu’il ait ces projets l’été alors qu’ils disparaissaient le reste de l’année. On est dans une approche d’innovation sociale, et on est allé recueillir ce qu’on appelle des récits transformationnels. On voulait savoir comment les gens dans le quartier vivent ces transformations, s’ils les considéraient positivement et comment est-ce qu’ils pouvaient amplifier le changement pour faire en sorte qu’il y ait des améliorations à plus long terme et à plus grande échelle. L’idée, c’était de voir finalement comment ces interventions, ciblées dans des lieux précis, mais dans le temps aussi (parce que c’est souvent l’été), pouvaient amener du changement à long terme, et si c’était positif. Nous étions prêts également à ce que les effets soient négatifs, ou enfin, à recevoir les critiques. Puis, généralement, on s’intéressait un peu aux conflits d’usage. La dimension temporelle était aussi super importante parce que ce sont des projets temporaires et qu’ils concernent des activités qui ont lieu à différents moments de l’année ou même de la journée (jour, soir, nuit).

Comment considérez-vous que la question du temps traverse ou interroge les sociétés autant que la production de la ville aujourd’hui ? Quels aspects ou dimensions en jeu vous semble les plus fondamentaux ?

Je répondrai un peu à l’inverse. Je pense qu’historiquement, on s’est beaucoup intéressé aux questions temporelles. Davantage à une certaine historicité pour expliquer la contemporanéité. Puis, je pense qu’au XXe siècle, dans une perspective, disons, peut-être d’une pensée plus complexe, en suivant des gens comme Edgar Morin par exemple, je pense qu’on arrive à saisir mieux comment le temps et l’espace sont interreliés. Il y a toutes les révolutions scientifiques du XXe siècle qui sont liées à ça, finalement, où, en fait, on sait depuis Einstein que ces catégories-là, elles sont en mouvement : que le temps et l’espace sont interreliés jusqu’à un certain point. Toutefois, je pense que l’on prend peut-être plus en considération aujourd’hui les questions spatiales, comment elles sont reliées aux questions temporelles, comment l’état actuel des villes, par exemple, est très lié à des processus anciens qui sont superposés les uns aux autres et qui donnent une situation actuelle, où on traîne avec nous des éléments du passé, une trame urbaine, une certaine conception par exemple des grands parcs urbains qui sont le résultat du mouvement hygiéniste au XIXe siècle, qui correspondait à une certaine vision de ce qu’était la nature. Bon, on les a encore aujourd’hui, on les a intégrés. Je pense que la richesse vient d’un mélange qui est peut-être plus conséquent maintenant. On voit qu’un élément n’est pas que déposé sur l’autre.

Quelle évolution avez-vous pu constater sur les enjeux temporels dans le champ de la production urbaine ? Quels ont été, selon vous, les moteurs, les facteurs influençant cette évolution ?

Je pense que les méthodes de recherche se sont diversifiées depuis les années 1980-1990. Il y a tout un champ de recherche sur l’espace senti dans lequel je m’inscris un peu aussi. Je suis dans un gros projet de recherche en ce moment : on fait une demande de financement sur la question des ambiances sonores. Le son, c’est un des sens qui était traditionnellement peu réfléchi en développement urbain ou un peu après-coup, c’est-à-dire qu’on concevait des trucs, mais après on réalisait que c’était bruyant et là on réajustait. C’est la même chose avec le toucher. On veut améliorer l’expérience tactile de la ville, l’expérience olfactive aussi, qui est liée à des ambiances, des cultures différentes qui se mélangent. Je pense qu’on est en train de complexifier le regard à partir de tous ces sens-là, tandis que traditionnellement, c’était vraiment le regard qui dominait.

Bibliographie sélective

– Ethier, Guillaume et Grisot, Sylvain. (2023), La ville analogique, 2e édition. Rennes, Éditions l’Apogée.

– Ethier, Guillaume. (2022), La ville analogique, Montréal, Collection Documents (21), Atelier 10.

– Ethier, Guillaume (Dir.), 2017, Le spectacle du patrimoine [The Spectacle of Heritage], Montréal, Presses de l’Université du Québec, collection « nouveaux patrimoines ».

– Ethier, Guillaume. (2015), Architecture iconique : les leçons de Toronto, Québec, Presses de l’Université du Québec.

– Ethier, Guillaume. (2008), Patrimoine et guerre : reconstruire la place des Martyrs à Beyrouth, Québec, Éditions MultiMondes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search