Paul CITRON

Entretien avec Paul Citron

Co-fondateur de Plateau Urbain et Directeur du développement de la coopérative Plateau Urbain

le 15 janvier 2021

Propos recueillis par Sandra Mallet et Arnaud Mège

Repères

  • 2021 : Co-directeur de La Preuve par 7
  • 2018 : Co-fondateur de la démarche expérimentale d’urbanisme et d’architecture : La Preuve par 7 (https://lapreuvepar7.fr/) avec Patrick Bouchain
  • 2017 : Plateau urbain devient une coopérative (SCIC)
  • 2016 : Plateau Urbain Palmarès des Jeunes Urbanistes
  • 2016 : Thèse de doctorat
  • 2015 : Les Grands voisins, Paris 14e arrondissement (fin de l’occupation en septembre 2020)
  • 2013 : Création de l’association Plateau Urbain

Quelle formation avez-vous suivi ? 

Après une classe préparatoire, j’ai fait le magistère d’aménagement et d’urbanisme de l’Université de Paris 1. J’ai enchaîné sur un doctorat, dans cette même université, pour questionner la place des opérateurs immobiliers privés dans les projets urbains. Cette thèse était cofinancée par le ministère du Logement et par l’ADEME. J’ai utilisé une méthode d’observation participante, et donc j’ai intégré, en tant qu’observateur, un des deux grands majeurs de la promotion immobilière française. J’ai pu ainsi observer pendant 18 mois son fonctionnement, ses réunions internes et externes, ses processus de décisions et de négociations. Ceci, afin de comprendre la manière dont les opérateurs immobiliers élargissent leur périmètre d’action, récupérant ainsi des prérogatives traditionnellement dévolues aux acteurs publics. Il s’agissait de décrire comment les promoteurs se mettent aujourd’hui à construire des projets urbains et à mener des opérations qui relèvent en théorie de l’intérêt général. Cela interroge la marchandisation de l’aménagement et de la production urbaine en général.

La question du temps était-elle présente dans ce parcours de formation ? 

Dans ma formation initiale, intuitivement, je dirais que non, car je n’ai pas souvenir d’un cours spécifique sur la question du temps. Je me la suis un peu appropriée dans mon mémoire de Master I sur Henri Lefebvre. Il s’agissait de comprendre en quoi ses théories pouvaient éclairer la production de la ville à la fin des années 2000. Et Lefebvre a clairement un discours sur le temps. Il décrit dans La Production de l’Espace (1974) la manière dont la réappropriation du temps peut être un vecteur d’émancipation, de renouvellement libérateur de notre rapport avec un espace aliéné par les rapports sociaux. Durant mon doctorat, la question de la temporalité à laquelle interviennent les acteurs de la production urbaine reste importante. Dans la mesure où les échelles spatiales d’intervention des promoteurs s’élargissent, ils étendent aussi leurs horizons et leurs temporalités d’intervention. On a traditionnellement une vision binaire ou un peu caricaturale, dans laquelle les acteurs publics sont ceux du long terme et les acteurs privés, ceux du court terme. Or, sur les grands projets d’aménagement privés, les horizons temporels se croisent, et les acteurs privés peuvent réfléchir à plus long terme que des acteurs publics centrés sur l’échelle de leur mandat. J’ai vu un promoteur aller jusqu’à arrêter des négociations avec un acteur public trop gourmand dans les cahiers des charges qu’il voulait imposer, en disant à ses équipes : « on arrête, de toutes façons les élections c’est dans un an, on négociera avec les suivants. » J’ai donc pu décrire comment la maîtrise du temps long passe parfois dans le camp de l’acteur privé.

Par la suite, donc lorsque l’on a fondé Plateau Urbain sur l’idée de Simon Laisney, effectivement, la question du temps est devenue centrale dans ma pratique d’urbaniste.

Comment a été créé Plateau Urbain ?

En 2013, Simon Laisney, urbaniste formé à la Sorbonne qui avait eu un parcours d’analyste immobilier, a proposé à une bande de camarades de fac de fonder une association qui permettrait l’utilisation des immeubles de bureau temporairement vacants par des acteurs qui n’auraient pas accès à l’immobilier de bureau traditionnel, c’est-à-dire des associations, des jeunes entreprises, des artisans, des artistes, des acteurs de l’ESS[1]. L’idée était de connecter le monde de l’immobilier tertiaire avec les acteurs des champs culturels et associatifs. J’étais vers la fin de ma thèse et je voyais la manière dont la connaissance que j’avais acquise du fonctionnement de l’immobilier pouvait être utile pour développer le projet de Plateau Urbain. En 2014, j’ai dit à Simon que je voulais le rejoindre dans le développement de Plateau Urbain.

Combien de temps avez-vous mis pour former le projet ?

Je dirais que cela a pris un an et demi, entre la fondation de cette association et la formalisation des premiers projets sur le modèle que l’on connaît aujourd’hui. Il y a eu des projets expérimentaux à Arcueil ou avec Paris Habitat, et on a testé l’idée auprès de beaucoup de gens, mais le premier salarié de Plateau Urbain c’est en 2015 pour le projet des Grands Voisins, avec Gautier Le Bail qui est aujourd’hui co-gérant et directeur technique de la coopérative Plateau Urbain. Ce premier grand projet a été l’occasion pour nous de travailler à l’échelle d’un quartier, qui dépassait tout ce que l’on pouvait imaginer à l’époque.

Vous avez aussi créé La Preuve par 7 ?

La création de la Preuve par 7 est une idée de Patrick Bouchain qui date de 2017, à la suite de la loi LCAP sur le « Permis de faire », dont les décrets d’applications n’étaient pas à la hauteur de ses enjeux. Plutôt que de faire une loi-cadre sur l’expérimentation pour laquelle les acteurs publics n’étaient pas prêts, nous avons proposé aux ministères de la Culture et de la Cohésion des territoires, ainsi qu’à la Fondation de France, de financer une démarche qui inversait en quelque sorte la charge de la preuve. L’idée est d’expérimenter de nouvelles manières de faire la ville, sur une dizaine de terrains, pour déceler les blocages qui peuvent se faire jour dans les projets que l’on suit, et pouvoir ensuite influencer la loi. La Preuve par 7, c’est l’idée que la loi doit partir du terrain et de l’expérimentation, comme une réflexion en marchant qui porterait sur l’évolution des normes et des pratiques en architecture et urbanisme.

En quoi la question du temps parait-elle essentielle aujourd’hui en urbanisme ? Qu’est ce qui se joue en matière de temps ?

L’anthropologue anglaise Simone Abram écrit que l’urbanisme est une promesse sur l’avenir. La question du temps est donc toujours en lien avec l’idée d’urbanisme et de planification ou de projet. Mais au-delà du fait que l’urbanisme est par définition une projection dans le temps, il me semble que l’on fait face à une sorte d’accélération de l’histoire depuis quelques décennies et qu’il est de plus en plus difficile d’anticiper à cinq ou dix ans la forme ou le fonctionnement des espaces urbains. Il me semble que les besoins de nos villes évoluent désormais plus vite que leur réalisation, et cela remet en cause beaucoup de nos pratiques en tant qu’urbanistes.

La bonne nouvelle, c’est qu’on a de plus en plus les outils pour utiliser des temporalités urbaines qui paraissaient inutilisables il y a encore dix ou vingt ans. Plutôt que le temps, c’est le mix entre différentes temporalités qui m’intéresse dans ma pratique. C’est-à-dire : comment est-ce que le temps court, le temps de la vie quotidienne, peut être un outil pour réfléchir au temps long de la planification ou du projet urbain ? Cette possibilité d’utiliser le temps court comme un support pour penser en actes la programmation des espaces urbains existait peut-être au XXe siècle, mais quelqu’un comme Delouvrier n’aurait pas pu se le permettre autant que maintenant (outre le fait que ce n’était pas vraiment la tendance). Le rapport au temps se dilate en quelque sorte, pour une large catégorie d’urbains, et notre accès collectif à l’information nous permet de proposer des usages urbains auparavant inaccessibles. Ce qui m’intéresse, c’est bien cette mise en perspective du temps long par rapport à une pratique du temps court.

Cependant, je ne sais pas si c’est quelque chose de spécifique à aujourd’hui, puisqu’au XIXe siècle, Baudelaire écrivait déjà que « la forme d’une ville change plus vite, hélas !, que le cœur d’un mortel. »

Quelle est la place du temps dans votre pratique professionnelle ? 

C’est assez rare, je pense, dans une pratique d’urbaniste, de considérer le temps comme un élément aussi essentiel et immédiat qu’il l’est pour nous.

Plateau Urbain a contribué à populariser quelque chose qui existe depuis toujours, qui s’appelle l’« urbanisme temporaire » ou « transitoire ». A travers les occupations temporaires de bâtiment, l’expérience du temps court permet de démontrer que les usages solidaires ou alternatifs d’un espace sont pertinents sur le temps long. La place du temps dans ma pratique professionnelle est donc essentielle, dans la mesure où tout ce que l’on fait procède de l’utilisation, voire même du détournement de temporalités. Ces temporalités paraissent à la fois incompressibles et inutiles aux acteurs avec lesquels on travaille. En utilisant cette temporalité à des fins solidaires, nous donnons une valeur d’usage à des lieux réputés dépourvus de valeur d’échange. Pourtant, comme il s’agit d’un temps donné, il y a aussi une course contre la montre quand on monte des projets parce que si on met six mois à monter un projet qui doit durer un an et demi, on perd 30% du temps qui nous est dévolu, et donc 30% de son utilité sociale. Il y a donc une organisation nécessaire pour optimiser les durées de montage des projets et de négociation.

Cette pratique urbanistique est ainsi assez différente des pratiques classiques. Pour la planification d’un réseau de transport, on se projette à quinze ans. Pour la planification d’un projet urbain, ça va être cinq ans. Une opération immobilière sort en trois ans, si on compte les études préalables. Nous, on fait sortir des opérations en un mois, un mois et demi. Cela a un côté tout à fait excitant, grisant aussi, parce que l’on arrive à se reconnaître, à se projeter directement dans ce que l’on fait en tant qu’urbaniste. Cela plaît énormément aux élus car ils arrivent ainsi à voir tout de suite les conséquences de leurs décisions. Cela permet aussi aux citadins de se réapproprier la temporalité de l’urbanisme. Cette temporalité est enfin très appropriable pour les gens qui occupent nos bâtiments. Au moment où je vous parle, il y a des gens qui sont en train de visiter nos plateaux dans une des tours Mercuriales, à la périphérie de Paris et pour laquelle on a signé il y a deux semaines un bail précaire. Les gens qui sont en train de visiter ces locaux, ce matin, s’installeront dès la semaine prochaine dans leurs nouveaux bureaux. Les choses vont très vite. Il existe toutefois un degré d’incertitude. Les gens signent un bail de six mois. Mais, en fait, étant donné la dynamique du marché de l’immobilier tertiaire en Île de France, on peut aussi penser que le propriétaire ne commencera pas ses travaux dans six mois, mais dans un, deux, voire trois ans. On fait des paris sur le temps ! Le bail nous laisse occuper les locaux gratuitement, en payant seulement 1/3 des charges de cette tour, parce que de toutes façons, personne ne la loue… Cela permet de donner des bureaux à des gens qui en ont besoin, en espérant que la durée soit plus longue qu’espérée par le propriétaire. Si ce n’est pas le cas, il y aura d’autres immeubles vacants à utiliser. En attendant, les usagers auront pu avoir un endroit où créer, où se rencontrer, où vivre des moments sans payer de loyer, juste les charges. Pour reprendre le mot de Marine Mazel, les espaces d’occupation temporaire agissent comme une scansion lacanienne, c’est-à-dire qu’ils permettent de faire sortir des usages, des expériences, des moments de vie qui n’auraient pas pu émerger dans une temporalité plus diffuse.

Vous évoquiez le temps long et les actions que vous menez sur un temps court. Comment s’articulent ces temporalités sur le temps plus long du projet urbain ?

D’une part, il arrive que les activités que l’on mène, que les usages que l’on propose de manière temporaire, comme des parenthèses dans la ville traditionnelle, aient une légitimité territoriale, sociale, politique, tellement évidente, que le propriétaire – souvent public – en tire les conséquences pour faire évoluer sa programmation et changer le projet urbain futur. Ici, le court terme influence le long terme.

L’exemple le plus classique est celui des Grands Voisins. En occupant temporairement un hôpital désaffecté dans le 14e arrondissement de Paris, en y mettant des structures de l’ESS, des centres d’hébergement d’urgence, un café-restaurant, on a fait évoluer le programme puisque la Mairie de Paris a intégré ces usages dans le futur écoquartier. Il intégrera des espaces d’activités pour des structures de l’ESS, un hôtel social et un café-restaurant dans le bâtiment où on avait initialement implanté ce café.

Autre exemple, celui de Bruneseau, projet immobilier privé de 100 000m2 dans le 13e arrondissement de Paris. Les promoteurs nous ont demandé pendant le concours de faire une proposition pour orchestrer la préfiguration du quartier. On a alors proposé qu’ils consacrent 1% du chiffre d’affaires total de l’opération immobilière à la préfiguration, ce qui représente plusieurs millions d’euros. Avec une partie de cet argent, nous avons entrepris de racheter un bâtiment de 4000 m2 présent sur le site, afin que les usages présents durant la phase temporaire puissent perdurer de manière pérenne. La propriété du bâtiment reviendra à une SCIC locale créée pour l’occasion. Dans ce projet, le 1% du budget temporaire permet donc d’acquérir 4% des surfaces pérennes. D’autre part, on a fait grâce à ce budget un programme de préfiguration sur sept ans… Sept ans, si on estime qu’un projet immobilier s’amortit sur environ quarante ans, c’est plus de 15% du temps du projet. Finalement, on a transformé la commande initiale qui était de faire de la préfiguration, pour laisser une empreinte pérenne sur le projet. L’argent initialement dédié à l’urbanisme temporaire sera donc utilisé aussi pour pérenniser les usages et les personnes qui s’implanteront dans le quartier pendant les premières années. C’est une autre manière d’influer sur le temps long, en prenant appui sur le temps court et la préfiguration.

Cet exemple montre bien que l’on ne peut pas opposer le temporaire et le pérenne de manière binaire. La pérennité est censée ne jamais s’arrêter, alors que le temporaire c’est quelque chose qui est censé avoir une durée de vie définie.  A partir de combien de temps quelque chose de temporaire devient pérenne ? La Tour Eiffel était censée être démontée après quelques années, et elle est devenue le symbole d’un Paris intemporel… En réalité, certaines occupations temporaires comme le 6B durent depuis plus de 10 ans, alors qu’on démolit aujourd’hui des immeubles de bureaux construits à la fin des années 2000, car ils ne correspondent plus aux attentes du marché.

En réalité, ce qui change entre le temporaire et le pérenne, c’est que ce n’est pas le même rapport économique à l’espace et à son droit de propriété. Ce n’est pas le même rapport marchand au foncier. L’urbanisme temporaire, tel que nous le défendons, est seulement un mode d’occupation de la ville qui ne produit pas de rente, mais des externalités sociales, culturelles, urbaines ou environnementales. Un projet immobilier dit pérenne doit, quant à lui, rémunérer son propriétaire.

Cette fusion des temporalités s’applique-t-elle à vos projets eux-mêmes ? 

Lorsque l’on fait de la programmation ouverte, on prône des méthodes de projets pour arriver à définir ce que doit être un futur bâtiment ou un futur espace urbain. On peut, dans le cadre de cette programmation, commencer par intervenir de manière foraine, très légère, sur place pour tester les usages, tester la taille que doit avoir telle ou telle programmation, réfléchir en actes et pas de manière théorique à ce que pourrait être le futur lieu. On fait ça, par exemple, à Mayotte avec La Preuve par 7. Plutôt que de détruire une ancienne MJC pour y construire un bâtiment neuf pour une salle de concert, on réutilise cette salle pour y faire des événements qui vont réorienter la construction d’un futur lieu de diffusion des pratiques musicales à Mayotte. C’est comme cela aussi, en réutilisant l’existant et en le détournant, en quelque sorte, que l’on arrive à réfléchir à d’autres temporalités, en se réappropriant le fonctionnement très quotidien de la ville pour penser le projet.

Il y a classiquement une opposition entre la gestion et le projet. Nous essayons au contraire de fusionner les deux. C’est aussi une histoire de temporalité et une histoire de rapport au temps. Si on arrête d’opposer le temps de la planification et le temps de la gestion, si on arrête d’opposer le moment du projet et le moment de la fin du projet, cela permet aussi de se réapproprier notre rapport au temps et d’arrêter de le subir comme une contrainte perpétuelle. Tout fonctionne aujourd’hui comme s’il y avait d’une part le temps du projet urbain qui était le temps des experts, et d’autre part le temps de la ville qui était le temps des citadins. Nous pensons que mêler les deux permet d’améliorer l’ensemble.

Au début de notre entretien, vous disiez que l’on avait moins la possibilité d’utiliser le temps court autrefois. Est-ce qu’aujourd’hui il est facile d’utiliser le temps court ?

Je ne sais pas si c’est facile mais en tous cas, clairement, les moyens de communication que l’on possède actuellement rendent incomparablement plus simple l’utilisation de ces temporalités. Au début des années 2000, il n’y avait pas encore les réseaux sociaux, il n’était pas encore possible de développer une plateforme internet pour 15 000 euros. 10 ans avant, la plateforme que l’on utilise pour mettre les espaces à disposition en coutait peut-être 100 000. Aujourd’hui, nous pouvons en quelques clics informer des milliers de porteurs de projets qu’ils peuvent venir occuper un immeuble à partir du mois prochain. Cette puissance d’information n’existait pas auparavant ! De la même manière, quand on négocie un bail, on peut faire trois allers-retours de mails dans la journée alors que si on le faisait par courriers il aurait fallu trois semaines. Tout simplement, les moyens de communication actuels permettent d’accélérer les process et  d’exploiter ces temporalités, auparavant inexploitables. On n’est pas plus malins que les anciens, mais on dispose en revanche d’outils incomparablement plus rapides. Parce que c’est aussi ça le gros problème : pour utiliser ces temporalités urbaines inexploitées, il faut avoir l’information. Il faut savoir que tel bâtiment est vide, il faut savoir que tel propriétaire est ouvert d’esprit, il faut savoir que tant d’occupants ont besoin actuellement de locaux. C’est une chance que l’on a aujourd’hui et que l’on n’aurait pas pu avoir il y a encore dix ou quinze ans.

Et pour aller plus loin sur les outils, je pense aux outils juridiques, par exemple.

On est beaucoup plus souvent bloqués par la culture professionnelle des acteurs, que par le manque d’outils juridiques. On peut aujourd’hui faire beaucoup de choses avec le corpus d’outils existant. Ce qui pose problème, ce sont plus les mentalités que les outils juridiques. Ce qui manque c’est souvent la capacité des acteurs à mobiliser les outils juridiques à leur disposition.

Avez-vous des exemples de cas pour illustrer ?

Nous vivons une époque stressante pour tout le monde, et le changement fait peur. Les acteurs publics notamment, parce qu’ils représentent une optique de temps long, ou parce qu’ils ne se sentent pas toujours légitimes pour expérimenter, ont parfois du mal à oser agir différemment. C’est malheureux parce la mobilisation du foncier public est un outil puissant pour changer la ville. Mais, bien souvent, on se heurte à des cultures professionnelles qui déresponsabilisent les acteurs, avec des chaînes de décisions à n’en plus finir, et un statu quo fondé sur le fait qu’il ne faut pas prendre de risque. Or, quand on voit la crise actuelle, pas seulement sanitaire, mais sociale, écologique, on se dit que prendre un petit risque ça serait parfois salvateur.

Vous avez commencé à évoquer des références théoriques qui vous aident à penser cette question du temps. Avez-vous d’autres références ? D’autres références aussi en matière de projets urbains, d’actions sur la ville ?

Si on cherche à théoriser ce que l’on fait, même si c’est toujours une thématique, la théorisation arrive dans un second temps. On n’est pas partis d’Henri Lefebvre pour fonder Plateau Urbain, on ne va sa mentir, ni de Mille Plateaux[2]. Il y a peu, on faisait référence à Damasio, avec son idée d’archipels. Cela aide à penser une société dans laquelle des gens se regroupent autour de lieux et de valeurs. Plutôt que se situer dans un grand tout, qui serait une nation, un parti politique ou un syndicat, on aime au contraire se projeter concrètement dans différents projets et différents espaces qui se mettent en réseaux, et qui sont tous différents, expérimentaux, imparfaits. Aujourd’hui, tous les acteurs de cet urbanisme solidaire, les acteurs des tiers-lieux se sentent appartenir à un mouvement politique qui ne se définit pas comme tel, ce qui nous va très bien. On ne ressent pas la nécessité de se réclamer d’un mouvement politique pour faire de la politique. On a l’impression que l’on arrive à composer avec le politique en restant, quelque part, en dehors des schémas traditionnels, en dehors ou juste à côté, tout contre le politique. On peut bien sûr faire référence aux néo-marxistes quand on vient interroger la légitimité d’une rente foncière qui passe comme contrainte numéro un d’un projet, mais est ce que c’est nécessaire ? Je dis contrainte plutôt qu’objectif parce que la question de la marge économique est davantage vue comme une contrainte par les acteurs de l’immobilier eux-mêmes. Ces acteurs, ce sont les gens qui mènent les projets, ce ne sont pas les actionnaires. Or, la marge, c’est l’objectif de l’actionnaire mais c’est la contrainte du promoteur. Là, je parle dans le cadre des opérateurs immobiliers dans lesquels le détenteur des capitaux n’est pas celui qui prend la décision de transiger avec la mairie sur tel ou tel aspect du permis de construire. Si l’objectif de rentabilité économique est minoré par rapport à d’autres objectifs qui peuvent être la solidarité, la générosité, la performance écologique, l’intégration urbaine, cela change forcément la donne. C’est là qu’il y a une sorte de naïveté dans le regard que portent les acteurs de l’immobilier sur l’urbanisme temporaire. Ils ont l’impression que l’on arrive à faire des choses très généreuses parce que l’on est malins. En réalité, si l’on arrive à faire des choses plus généreuses que des programmes immobiliers classiques, c’est parce que l’on ne paie pas de loyers et que, par conséquent, l’équation économique est toute autre. En réalité, ils se passionnent pour des choses qui sont incompatibles avec leurs propres contraintes économiques. Ça, c’est un peu la base d’une approche marxienne. Et parmi les néo-marxistes, forcément, il y a Lefebvre. Dans son discours, l’aliénation à travers la marchandise s’est transformée au cours du XXe siècle en une aliénation qui se lit dans notre rapport à l’espace plutôt que dans notre rapport à la marchandise. Il explique que c’est en se réappropriant le temps, et donc en laissant l’espace aliéné à ses détenteurs, aux capitalistes, que l’on va pouvoir se libérer de cette aliénation à l’espace.

Pour moi, l’urbanisme temporaire c’est donc une manière de travailler dans les marges, dans des interstices temporels, partout où il n’y a pas d’aliénation à l’espace parce qu’il n’y a pas d’attente économique à générer de la rente foncière dans ces espaces transitoires. C’est au sein de ces espaces transitoires que l’on va pouvoir inventer des nouvelles formes de vie, de production, de rapports sociaux. Quand on mélange de l’hébergement d’urgence avec des parisiens stylés qui font des start-up, des associations, ou de l’artisanat, lorsque l’on réinvestit une halle industrielle avec justement des artisans qui, eux, réemploient des habits pour les transformer, c’est souvent la dernière fois où ça se passe dans cet espace, qui sera ensuite réinvesti par des logiques classiques. Mais d’un autre côté, c’est aussi une manière de donner une place à des gens qui, selon nous, inventent un peu les bases d’une transition, d’une transition sociétale. C’est donc en se réappropriant ces espaces que l’on parvient à générer une pratique politique de l’espace. Il y a un détour par le temps pour peser sur l’espace. Mais, ça, ça peut durer un temps. Après avoir démontré qu’il y a une plus-value sociale, sociétale à utiliser gratuitement des espaces, on milite pour généraliser, donc pérenniser ce type d’espaces. Il y a donc un détour par le temps pour peser sur l’espace. Ça, pour moi, c’est un peu du Lefebvre, de dire que si on se réapproprie le temps, ça modifie le rapport à l’espace. Avec nos partenaires, on milite désormais pour généraliser ce type de pratiques. Nous proposons une loi qui impose que 20% des espaces de bureaux et d’activités au sein d’un territoire soient loués au prix des charges et dédiés à des acteurs de la transition sociale, écologique, dont on estime avoir collectivement besoin : extraire ces espaces du marché pour leur donner une utilité sociétale, c’est en quelque sorte les mettre hors du temps.

Avez-vous des liens avec des acteurs militants – qui se revendiquent comme tels – et qui auraient une réflexion très politisée sur le temps ?

Il n’y a pas d’opposition de fond entre ce que l’on fait et ce que feraient les gens du mouvement squat, mais bien des divergences de mises en œuvre, assez nettes d’ailleurs ! Ce sont des manières différentes de militer pour le droit à la ville, quelque part. Oui, on a quelques liens. Parfois des échanges d’outils, de savoirs, parfois des échanges d’idées et parfois juste des liens amicaux, mais ce n’est pas parce que l’on a des liens d’amitié ou de sympathie avec certains qu’on ne peut pas susciter beaucoup d’inimitié chez d’autres ! En tous cas, cela s’est toujours bien passé avec ceux avec qui on a discuté. Ceux qui ne veulent pas discuter, effectivement c’est plus difficile. Mais c’est ce principe d’hostilité horizontale, très fort chez certains, contre lequel on essaie de se battre parce qu’on a l’impression que ça fait perdre du temps, que ça fait perdre aussi un peu d’espoir de changement.

[1] Economie Sociale et Solidaire

[2] Deleuze, G. et Gattari, F. (1980), Capitalisme et schizophrénie : Mille Plateaux, Paris, Minuit, 648 p.

Bibliographie sélective

– Citron, Paul. (2016), « Les promoteurs immobiliers dans les projets urbains. Enjeux, mécanismes et conséquences d’une production urbaine intégrée en zone dense », Thèse de doctorat réalisée sous la direction de Sylvie Fol, Université Paris I Panthéon Sorbonne. [En ligne], URL : http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/citron_paul_resume.pdf

– Citron, Paul. (2017), « Produire la ville grâce aux opérateurs immobiliers : quel modèle pour l’aménagement privé en zone dense ? », Métropoles [En ligne], n°20, mis en ligne le 15 juin 2017. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5461

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search