Sophie RICARD

Entretien avec Sophie Ricard

Codirectrice de La Preuve par 7

Le 1 février 2021

Propos recueillis et retranscrits par Sandra Mallet et Arnaud Mège

Repères

  • 2020 : Codirectrice de La Preuve par 7
  • 2020 : Lauréate du palmarès des jeunes urbanistes
  • 2016 : Cofondatrice de l’Hôtel Pasteur, association collégiale du tiers-lieu, Rennes
  • 2015 : Architecte chargée de mission, Rennes
  • 2013-2014 : Permanence architecturale, Université Foraine, Rennes
  • 2010-2013 : Permanence architecturale, CONSTRUiRE Architectes, Boulogne-sur-Mer

Quelle formation avez-vous suivi ? Quel est votre parcours professionnel ?

Après un BAC L obtenu en 2001, j’ai suivi une année à la Sorbonne Nouvelle en histoire de l’art et médiation culturelle. J’adorais mais c’était trop théorique pour moi. Je me suis inscrite à l’École d’architecture de Versailles où j’ai obtenu mon diplôme en 2009. Durant mes études d’architecture, j’ai effectué un stage long, en fin d’étude, à l’agence Construire dirigée par Patrick Bouchain.

La question du temps était abordée dans le cadre de votre cursus ?

Les études d’architecture sont très ouvertes : on a des cours très techniques, d’autres très théoriques, sur l’histoire de l’architecture, l’art, la sociologie, le projet urbain, l’urbanisme. On commence à parler du temps quand on parle d’urbanisme. Il manquait cependant dans mes études la confrontation de l’architecture à la commande politique, car l’acte de construire est politique. Comment est écrite la commande ? Aujourd’hui, j’aime la maîtrise d’ouvrage peut-être plus que la maîtrise d’œuvre. Réaliser les deux en parallèle permet d’être un peu plus affiliée à la question des temporalités de la commande.

En quoi l’urbanisme est-il lié au temps selon vous ? Que sont les « temporalités de la commande » que vous évoquez ?

Dès la sortie de l’école, j’ai appris mon métier en menant des permanences architecturales, sur le terrain même d’un projet. Cela était assez nouveau dans la façon de mettre en œuvre le métier d’architecte. La permanence permet d’être confronté au territoire et à ses problématiques et ainsi d’être acteur en amont de la réalisation et parfois à la barre de l’écriture de la commande. J’en ai réalisé deux : l’une à Boulogne-sur-Mer où la commande visait une rénovation alternative de logements sociaux avec leurs habitants situés à côté d’un grand projet de renouvellement urbain porté par l’ANRU, l’autre à l’Hôtel Pasteur à Rennes.

A Boulogne-sur-Mer, on a proposé de réhabiliter des logements sociaux qui devaient être démolis en s’appuyant sur les habitants de ces logements et leur appropriation du logement social. Ils pouvaient donc non seulement y rester plutôt que de partir ailleurs dans une opération tiroir, mais aussi participer à l’amélioration de leur propre cadre de vie. Il s’agissait de construire en habitant et d’habiter pour construire, donc de remettre le temps de la vie dans le temps du projet urbain. Le temps de la vie n’est pas le temps de la réglementation. Il faut se ressaisir du contexte. On ne peut plus faire du logement par paquets de 1000, en restant déconnecté dans son bureau parisien. Habiter permet de voir la complexité de l’appropriation. Remettre du temps long dans l’appropriation de la commande pour mieux construire ou pour mieux réparer permet un investissement sur le long terme en impliquant les principaux acteurs concernés par le logement, les locataires.

Patrick Bouchain m’a fait confiance : je voulais aller à Boulogne-sur-Mer et il m’a laissé faire le projet de A à Z. Aucune agence ne fait ça avec un jeune architecte qui démarre. En général, un jeune architecte se retrouve à la maquette, à l’esquisse, parfois il est amené sur le chantier mais là, je gérais l’affaire de A à Z ! J’ai habité là-bas dans une petite maison insalubre au cœur de la rue que je rénovais. J’ai appris énormément de choses : à parler aux élus, à comprendre un commanditaire et un maître d’ouvrage, à comprendre des modèles économiques d’investissement et de fonctionnement, à comprendre le territoire en étant proche de ceux qui le vivent, comprendre les différents modes d’habiter et la complexité des temps de la vie dans l’habitat social. C’était une formation exceptionnelle. Beaucoup de jeunes architectes et de jeunes urbanistes ont envie de faire les choses autrement, de redonner du sens à ce qu’ils font, de mieux comprendre les disparités territoriales, de mieux saisir la crise démocratique contemporaine dans laquelle nous sommes amenés à travailler. Habiter le site m’a permis de réaliser que la fabrique de la ville se fait aussi bien avec le patrimoine matériel qu’avec le patrimoine immatériel, c’est-à-dire le savoir-être, le savoir-faire, le savoir-habiter, les gens et les ressources qui composent le territoire.

Notre héritage patrimonial est grand, qu’il soit universitaire, hospitalier ou industriel, ancien équipement ou ancien habitat. Il constitue un levier important pour reconsidérer les temporalités dans le projet urbain, parce que l’on peut tout de suite s’en saisir. Il faut réparer, arrêter de construire tant que l’on peut. Un lieu tel qu’il est peut être saisi pour provoquer une commande.

Après trois années passées à Boulogne-sur-Mer, je suis arrivée à Rennes. La municipalité ne savait pas quoi faire de l’Hôtel Pasteur, ancienne faculté des sciences, et n’avait pas les moyens de lancer une commande publique classique. Situé dans un périmètre historique, ce patrimoine abandonné ne pouvait pas être détruit, ni revendu à un investisseur, qui l’aurait de toute façon racheté pour seulement un euro symbolique. Le bâtiment n’était plus aux normes pour accueillir du public. Le maire a pris un risque important. Avec Patrick Bouchain, nous avons monté l’Université foraine, école des situations. L’idée était de rouvrir ce lieu aux besoins et aux envies de la population, de le mettre à l’épreuve des usages et, à partir de là, d’inventer un projet impensé à l’avance. Mais ce n’était pas si facile. Il était fondamental de faire venir des gens.

Ce que l’on a fait à l’Hôtel Pasteur à Rennes, c’est ce que j’appelle une « étude de faisabilité en actes ». Alors qu’un bâtiment public était vide et que la ville lui cherchait une utilité, nous l’avons occupé et monté un lieu non-programmé, un hôtel à projet qui a accueilli des dizaines d’usages, des centaines de projets, des milliers de gens avant d’être finalement réhabilité et prouver ainsi sa réversibilité. Cette méthode, fondée sur la programmation ouverte, est préférable aux études de faisabilité chronophages qui font appel à des bureaux d’étude extérieurs. Dans le schéma classique, on passe beaucoup de temps pour écouter les besoins, trouver l’argent, lancer la commande, puis passer au dessin… On sait bien qu’une fois que le projet est lancé, et que l’argent est trouvé, le besoin parfois n’est déjà plus là ou ne répond plus exactement au contexte qui a évolué. On peut faire les choses autrement. Il faut retrouver de l’agilité dans la fabrique de la commande. Les métropoles possèdent un trop-plein de choses, que l’on peut requestionner en les occupant différemment, au vu de nos modes de vie, du contexte économique, social, écologique. On doit utiliser moins de matière mais passer plus de temps sur le territoire pour comprendre les ressources qui le composent et faire œuvrer les forces vives et les ressources matérielles et immatérielles à destination de ce projet.

Il existe également un problème de gestion, dans le logement social, les offices HLM, les équipements publics. Il faut refaire confiance à la population car il n’y a pas que les experts de la ville qui ont la capacité de fabriquer de l’urbanité. Les gens qui vivent, produisent, travaillent sur un territoire façonnent les manières de l’habiter et ont peut-être une meilleure capacité à gérer ce qui est produit. Les bailleurs sociaux ont aujourd’hui des difficultés à réaliser une gestion « humaine » des espaces publics, de leur parc, de leurs locataires, et sont surtout des hébergeurs. A Boulogne-sur-Mer, j’ai travaillé avec le DSU, les épiceries solidaires, Pôle emploie et le Plan local d’insertion. A Rennes, j’ai travaillé avec l’hôpital psychiatrique, des services sociaux d’une ville, des CCAS, des missions locales, le restaurant social etc… Réparer un logement social pour des gens en grande précarité ne suffit pas si on ne retisse pas le lien avec les institutions sociales et de santé qui accompagnaient la personne dans l’appropriation de son logement mais aussi dans les questions liées au bien-être, à la santé sociale….

La permanence architecturale permet de prendre le temps de requestionner le dessin du projet : ne pas dessiner quelque chose à l’avance mais plutôt de laisser venir l’imprévu, l’impensé en étant sur le site même et de fabriquer une commande à partir des capacités et des compétences d’un territoire. C’est ce que j’appelle faire un urbanisme vivrier.

La permanence architecturale permet de comprendre que tout est lié et de ne pas s’arrêter à une commande qui consisterait juste à faire du logement et basta. Elle met en évidence les liens à nos institutions, à nos lieux de travail, à nos lieux de vie, à nos espaces publics.

Combien de temps a duré l’expérience de l’Hôtel Pasteur à Rennes ?

L’étude de faisabilité en actes a duré deux ans, la permanence architecturale huit ans. C’est une sacrée temporalité ! Mais, entre l’idée que l’on a d’un projet, l’écriture de la commande et le passage à l’acte, finalement, ce n’est pas un temps si long que cela. J’avais mon bureau dans le bâtiment et j’ai tenu tous les rôles : Architecte AMO d’abord avec l’Université Foraine, puis j’ai accompagné le chantier côté maîtrise d’usage et côté maîtrise d’ouvrage jusqu’à la fin. J’étais concierge du lieu, je suis devenue directrice d’équipement… j’ai changé de rôles au fur et à mesure des étapes de la construction de ce lieu et du passage à la commande. J’ai ensuite travaillé pour l’aménageur, après la définition de la commande publique. Je suis alors restée gardienne et concierge du lieu, maîtrise d’usage et assistante à la maîtrise d’ouvrage. J’ai rédigé le programme en fonction des activités observées durant les deux premières années de permanence. A partir de là, j’ai travaillé sur la gouvernance. J’ai d’abord rassemblé les acteurs et forces vives autour d’une assemblée des partenaires, puis nous avons monté une association collégiale avec les partenaires. Il y avait un fort engagement politique dans ce sujet, je n’ai rien lâché sur le modèle économique, les modalités de gestion et la rénovation.

Fait-il repenser la chaîne traditionnelle de production urbaine ?

On a trop scindé les métiers, les phases de la commande et les expertises. Bien souvent, Les personnes présentes au début du projet ne le sont plus à la fin. Un changement politique peut intervenir entre deux. L’accompagnement du politique par un tiers-acteur sur le terrain et sur le long terme est fondamental. La chaine de production a scindé le projet, des phases d’étude à la réalisation complète. Or, au niveau sociétal, il faut pouvoir retracer l’histoire : pourquoi il y a eu cette commande ? Pourquoi a-t-elle été votée, réalisée ? Je comprends qu’il y ait souvent des mécontentements citoyens face aux grand projets de commande publique : on perd de vue pourquoi cela a été fait, par qui, la volonté de départ, etc. Les temporalités, entre l’annonce et la réception, sont certainement trop longues pour qu’il y ait transmission et que l’on comprenne le projet. La documentation, la façon de transmettre, de fabriquer du récit, d’accompagner la construction, ou la fabrique, ou l’aménagement de nos villes est un vrai sujet dont on doit se saisir.

En quoi l’expérimentation et la permanence architecturale permettent-elles de conjuguer autrement avec le temps ?

La durée de la permanence architecturale peut paraitre longue, mais on fédère et on agit plus vite. L’expérimentation permet d’investir dans le temps long de l’aménagement et de la programmation. Elle peut aussi réactiver une forme de démocratie locale. Il n’est plus possible d’arriver avec un projet décidé, en faisant une réunion publique où on dit : « c’est ce qui va se passer ». Pour faire accepter un projet, il faut très vite le mettre en partage et en portage collectif. Beaucoup d’élus commencent à se poser ces questions.

Mettre en place tout de suite une permanence dans l’étude, ne pas faire l’étude ex nihilo, rejoint la question de la temporalité. La permanence architecturale vit le territoire et va tout de suite mettre en œuvre le sujet de l’investissement puisqu’elle va occuper et faire en sorte que d’autres personnes réoccupent l’espace. Elle fait projet en étant sur le site même du projet. On n’attend pas trois années d’études pour lancer le projet. Pour moi, la question du temps est là ! On vient comprendre, on arpente le territoire, on fait des marches, on installe un bureau en bas des tours dans une opération de renouvellement urbain, on travaille avec les conseils de quartier, on réassocie les institutions publiques et privées, on comprend ce qui ne marche plus dans la ville et ce qui fonctionne encore. Je trouve que la société civile innove très, très vite et que la puissance publique n’a plus la capacité d’innover aussi vite que la société civile. Nos administrations publiques doivent accompagner ces innovations sociales.

Mon rôle, lors de permanences architecturale, est de favoriser le croisement de l’innovation, de l’expérimentation sociale et sociétale, de l’administration et du fonctionnement public. C’est très complexe, mais cela permet par la suite un gain de temps dans la gestion. L’équipement Pasteur possède, à présent, une gestion collégiale issue de la société civile, et non une gestion d’équipements en régie. On a réussi à innover parce que l’on a fait confiance aux citoyens en se disant : « on va réoccuper ces espaces et par votre appropriation redonner une valeur d’usage à notre patrimoine et par la même une responsabilisation collective dans la gestion. Quels sont les besoins dans la ville et comment on peut provoquer une commande ensemble ? ». Durant l’étude de faisabilité en actes, on a fait office de service public et d’aide à la personne, pour le prix d’une étude de faisabilité ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte. Donc, c’est jackpot cette façon de faire, finalement ! Faire vivre un espace avant même qu’il ait un centime en investissement pour le réparer ! Surtout ce bâtiment-là, qui était délabré et compliqué. On sait très bien que c’est la ville qui en hérite : on paie tous des impôts pour le réparer. La permanence a permis de redonner le statut de commanditaire à la société civile, en quelque sorte.

La permanence architecturale demande beaucoup d’énergie. On est sur le terrain tout le temps : être là s’il y a un appel, être présent les week-end, etc. La question du temps est aussi dans la posture de la personne. La temporalité est toujours à mettre au regard des personnes qui prennent en main ces risques et les sujets et être en capacité de déléguer.

Comment procédez-vous pour susciter l’intérêt des gens ?

Il faut s’intéresser aux autres. Le regard d’habitant donné via la permanence architecturale oblige à se poser des questions sur les équipements publics à proximité, le lien au travail, l’aménagement des rues, les loisirs accessibles le week-end, l’accès aux soins médicaux… Un lien social fort peut naître autour d’enjeux qui ne sont pas visibles en tant qu’architecte. Nous avons réuni des gens issus de champs disciplinaires différents, de toutes catégories sociales en vue de comprendre comment fonctionne la ville, comment on y vit, comment on y travaille, s’il y a un problème de précarité, de fonctionnement des institutions publiques ou du tissu associatif. Cela signifie qu’il faut être très présent et ne pas rester chez soi le week-end. Être en immersion totale. De Chaque rencontre fait projet et permet de se saisir des problématiques d’un territoire mais aussi de ces identités, de son histoire. On tisse des liens, puis on se rend compte qu’il y a des gens qui ont envie de tester des choses, de questionner leur pratique, de sortir des cadres pour expérimenter ou bien simplement de s’impliquer autour d’une architecture vacante pour qu’elle puisse redevenir un bien commun et qui embarquent avec nous dans la démarche que l’on propose. Mais ça prend beaucoup de temps !

Ce type de démarche ne risque-t-il pas de se heurter au temps de l’élu ?

C’est toujours la même problématique : comment associe-t-on étude et action ? L’étude en acte permet tout de suite la réouverture d’un lieu, les citoyens peuvent tout de suite proposer une activité, ce qui change tout pour l’élu. Le projet est tout de suite en état de marche. Ce type de projet permet aussi de dépasser le mandat, parce que ces études-là réactivent l’intérêt de la population autour d’un projet. Cela peut créer un rapport de force positif avec le politique. Ces études ne sont, en fait, que des alibis pour réactiver la démocratie locale et repenser la manière dont on peut reconvertir les habitations, les équipements, le patrimoine dont on hérite. Cela passe par des rencontres, la fédération d’acteurs et l’occupation d’espaces. Le passage à l’acte est fondamental, ne pas rester au stade de l’étude mais mêler études/actions. Ce qui nécessite de fusionner budget de fonctionnement et budget d’investissement parfois !

Les études traditionnelles ne trouvent pas d’écho. J’ai travaillé sur un projet ANRU sur lequel quatre études commerciales avaient été réalisées en quatre ans ! C’est une honte. Mais cette situation n’est pas rare. Bien entendu, certaines études sont utiles. Le problème est que, quand on n’a pas d’idées, on se dit qu’il faut faire des études. Or, il faut ensuite mettre en œuvre les conditions pour trouver les opérateurs au niveau local. Bien des services techniques se retrouvent avec des études qu’ils ne savent pas rendre opérationnelles. Sur le papier, on peut avoir de très belles idées, mais celles-ci ne répondent pas toujours à l’économie de projet locale, aux ressources immatérielles, aux savoir-faire locaux. D’où l’idée de réaliser des études de faisabilité en actes : capter les composantes d’un territoires pour qu’elles puissent œuvrer demande du temps.

Sur le bourg de Pérignat, dans le Puy-de-Dôme, un jeune collectif, Rural Combo, réalise une permanence architecturale, et vont produire un plan-guide en actes parsemé de chantiers démonstrateurs. Ses membres habitent le bourg et mettent, en même temps, leurs compétences à disposition des petits villages aux alentours. Cela a permis de constater par exemple que la commune de Pérignat avait des bâtiments Algeco servant de bibliothèque publique qui avaient besoin d’être isolés. Le maire étant agriculteur et voulant travailler à partir de nouvelles filières, le collectif Rural Combo a travaillé à mettre en œuvre une isolation issue de la filière terre-paille, le coût de la paille étant très bas et pouvant être collectée à 30 km à la ronde. Ce chantier a été mené avec les services des bâtiments communaux du village afin qu’ils puissent être formés à rénover leur patrimoine à l’abandon à partir de matériaux biosourcés. Ce genre de démarche demande du temps, de l’expertise et d’être sur le terrain. Il faut inventer des solutions pour savoir de quelle manière et avec quels matériaux rénover le patrimoine. L’un des objectifs est aussi de réactiver, de redonner une identité à nos territoires, par les ressources qu’ils possèdent déjà. Il faut se saisir des choses qui existent localement, mais que l’on ne voit plus. Le fait de faire venir une personne qui ne connaît pas la ville ou le village pour assurer une permanence architecturale offre un regard nouveau sur les choses et peu permettre de déplacer certains sujets de la commande. On a tout intérêt à réarpenter un peu nos territoires, à être des conseillers-actions qui se mettent à disposition de ceux qui ont encore un peu de pouvoir et qui peuvent se permettent d’être commanditaires afin de les accompagner dans la rédaction de la commande tout en valorisant leurs ressources matérielles et immatérielles. Réassocier le temps de l’étude à des actions concrètes (chantiers, investissements de remise ne état, chantiers écoles…) capable de fédérer la population mais aussi les services, nos élus, les opérateurs pour une réinterprétation collective de la commande autour de l’habitabilité de nos territoires.

Pouvez-vous nous parler de La Preuve par 7 ?

Je codirige La Preuve par 7, avec Paul Citron et Laura Petibon. L’idée est de faire innerver des expérimentations sur le territoire national, de créer un centre de ressources, et de transmettre ces méthodes et cet état d’esprit. Les sujets sont diversifiés : revitalisation des centres bourgs, création de nouveaux équipements à partir du patrimoine existant, moratoires pour une autre rénovation du logement social, etc. Il s’agit de parvenir à généraliser des pratiques existantes mais trop souvent isolées ou marginales, qui créent sans le savoir de la jurisprudence et inciter à faire bouger nos règlements. Je travaille notamment sur le « permis d’expérimenter » ou le « permis de faire ». C’est un peu ce que l’on a réussi à faire avec des maires convaincus, comme à Boulogne-sur-Mer ou à Rennes. Tous les maires ne sont pas en capacité aujourd’hui en France d’assumer cette prise de risque. Comment les accompagner, alors ? Je crois encore au pouvoir des communes, en tant qu’échelle de démocratie pertinente. Je ne crois pas aux gros dispositifs étatiques, uniformisés, téléguidés. Souvent les gens ne sont pas formés et ne savent pas les mettre en œuvre. En vue d’accompagner les acteurs de la commande, des méthodes telles que la permanence architecturale, la Permanence urbanistique, la Permanence paysagère ou la programmation ouverte sont des leviers, qui méritent d’être connus et diffusés.

Mais il faut faire attention. Aujourd’hui, tout le monde veut ses Grands Voisins, par exemple, ou son Hôtel Pasteur ! Les outils sont diffusables, la méthode aussi, l’objet jamais, le projet jamais. On ne peut pas refaire la même choses ailleurs ! Tout le drame de nos métropoles est cela : l’uniformisation de la fabrique de la ville. On se retrouve avec des cartes postales, la même grande place, les mêmes boutiques, les mêmes façons d’arpenter le territoire. Il faut reterritorialiser la commande, redonner du pouvoir aux collectivités, et surtout réidentifier les ressources et les contextes territoriaux. Les besoins ne sont pas les mêmes partout. La crise des banlieues, celle des Gilet Jaunes, sont complétement liées à un aménagement qui a été uniformisé sur le territoire national, que ce soit le sacrifice des terres agricoles pour produire très loin des centres urbains, des banlieues pour pas cher.

Il faut aller sur ces territoires, travailler le sujet, accompagner les décideurs et les maîtres d’ouvrage, et réhabiter, revivre, recomprendre les choses et les liens qui ont été distendus pour se permettre d’expérimenter et de faire peut-être les choses autrement. C’est ce que cherche à démontrer la Preuve par 7. On doit retrouver un droit d’expérimentation dans la fabrique de la ville pour pouvoir redonner confiance, faire évoluer nos pratiques dans le projet urbain et rural, réoccuper des espaces qui paraissaient non réversibles, tester des choses. Ma bataille est là : allier théorie et pratique, les temps de l’étude de faisabilité aux temps de la construction. Le rapport investissement/fonctionnement est aussi très dissocié aujourd’hui dans la commande.

La permanence architecturale permet de raccrocher les choses ensemble. Cela ressemble à ce que l’on appelle de l’urbanisme tactique aujourd’hui : on teste des usages, on fait des micro-aménagements temporaires, avant de lancer des aménagements plus pérennes. Mais il ne faut pas le faire uniquement sur l’espace public et surtout il faut le faire sur le temps long ! La requalification des équipements ou celle de l’habitat insalubre en centre-bourg sont aussi concernées.

Il faut accompagner les services déconcentrés de l’État, que ce soient les DDT, les DRAC ou les DREAL, les préfets de région, pour faire remonter les problématiques et qu’ils ne jouent pas le rôle de censeur mais qu’ils puisent réellement accompagner les collectivités. Il faut qu’il y ait un vrai accompagnement. La Preuve par 7 sert à créer des échanges entre services déconcentrés, ministères, et problématiques territoriales à différentes échelles. Par exemple, des micros-chantiers démonstrateurs accompagnent l’élaboration du plan guide en actes visant la revitalisation du centre-bourg de Pérignat : pour réactiver, fédérer la population pour la construction de ce plan-guide. Cela passe par la réidentification et la ré-appartenance au village de Pérignat. Nous avons fait venir les services du ministère de la DGALN, de la direction de l’habitat, pour travailler ensemble à une nouvelle forme de commande expérimentale. Il faut sortir de son atelier, de son bureau, pour sentir et vivre les choses différemment et reconnecter la population à ce qui pourrait être la gestion de ses équipements mais aussi impliquer les opérateurs dans un changement de posture et de pratiques.

Quelles références vous aident à penser cette autre manière de faire avec le temps ?

Il y a un mouvement, un petit mouvement, en France, qui est à l’œuvre. On le voit bien chez des architectes comme Encore heureux, avec La preuve par 7 ou Plateau Urbain et bien d’autres, plus petits, associatifs, les collectifs… Et nous avons besoin de nous associer les uns aux autres. Nos interlocuteurs ne sont pas tous les mêmes : Plateau Urbain est plus proche de l’investisseur et des promoteurs immobiliers, moi, je suis plus proche des élus et de la commande publique.

Il faut échanger aussi avec des personnes qui ne sont pas dans le champ de l’urbanisme ou de l’architecture. Sur la fabrique de l’Hôtel Pasteur, j’ai échangé avec des éducateurs sportifs, des médecins, des pompiers… les personnes d’autres métiers ont eux-mêmes une vision de la ville et de la manière dont on peut en prendre soin. Cela renvoie à « l’économie de la contribution » de Bernard Stiegler, à « l’économie du soin » de Cynthia Fleury.

On a complétement expertisé la fabrique de la ville, ce qui est devenu dramatique. Alors que l’on voit bien que, dans nos campagnes, on n’a pas besoin d’architecte pour construire sa maison. On a beaucoup technicisé, réglementé nos espaces, nos cadres de vie. Du coup, ils ne sont plus permissifs. Les usages de l’espace public sont extrêmement contraints ! Cela contrarie la participation à la Cité. L’espace public n’est alors plus un espace démocratique, au sens de faire Cité. Il est fondamental de questionner cela. La réappropriation de la commande, l’accompagnement des élus, de l’État et de ses représentants constitue un moyen pour cela. Il ne faut pas rester un maillon en bout de chaîne.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search