Sylvain LEFEBVRE

Entretien avec Sylvain Lefebvre

Professeur au département de géographie de l’UQÀM

 

Entretien mené durant l’été 2020

Propos recueillis et retranscrits par Pascale Nycz

Repères

  • 2019 : Co-récipiendaire du Prix Étincelle pour le projet « Réseau Ville Autrement : Un Quartier des spectacles en transition »
  • 2018 : Co-fondateur du Collectif Villes Autrement (CVA)
  • 2010 : Création du programme de Certificat en planification territoriale et gestion des risques
  • 2005-2008 : Directeur des programmes de premier cycle en géographie
  • 2000-2005 : Directeur du Diplôme d’études supérieures spécialisées en planification territoriale et développement local
  • 2000 : Professeur au Département de géographie de l’Université du Québec à Montréal
  • 1996 : Thèse de doctorat ; INRS-Urbanisation

Pouvez-vous présenter votre formation et votre parcours ?

J’ai un baccalauréat en urbanisme de l’Université de Montréal suivi d’un diplôme d’études approfondies (DEA) – reconnu au Québec comme un équivalent d’une maîtrise en recherche – à l’Institut français d’urbanisme (Université Paris 12, Val-de-Marne à Créteil) en aménagement, développement local et développement régional.

Puis je suis revenu à Montréal, persuadé que j’étais voué à fonder mon propre cabinet en urbanisme. Pour ce faire, j’ai pris de l’expérience dans différents services municipaux d’urbanisme, notamment à Ville LaSalle au service d’urbanisme, puis au Service de la planification du territoire de la Communauté urbaine de Montréal. J’ai aussi gagné en expérience dans différents cabinets privés de consultants (Daniel Arbour et Ass, SECOR, EEC, etc.). Contre toute attente, j’ai plus ou moins aimé mon expérience dans ce milieu. C’était intéressant, mais ce n’était pas tout à fait un environnement de travail dans lequel je me plaisais.

Je me suis mis à faire des contrats à la pige dans le public et dans le privé, et à l’INRS-Urbanisation où j’ai fait de la recherche pour différents chercheurs. Ce dernier travail m’a beaucoup plu, j’aimais l’indépendance intellectuelle que cela me procurait. La Ville de Montréal avait une entente triennale avec l’INRS-Urbanisation – c’était dans les années 1980 – pour documenter et mettre en forme un premier vrai plan d’urbanisme. La Ville finançait les chercheurs pour documenter plusieurs thèmes dans le cadre de l’élaboration de son plan d’urbanisme : logement, commerce, industrie, haute technologie, etc. Lorsque la personne à l’emploi de l’administration municipale qui gérait cette entente est partie en congé de maternité, la Ville de Montréal a demandé à l’INRS de recruter quelqu’un pour la remplacer, et c’est moi qui ai obtenu le poste. Ce fut pour moi une expérience extrêmement intéressante. J’étais au service de la planification de la concertation. L’idée, c’était de gérer et de coordonner la recherche entre la Ville et les chercheurs.

Toutefois, je ne me voyais pas rester dans la fonction publique municipale. Au même moment, l’INRS-Urbanisation a lancé le programme de doctorat conjoint avec l’UQAM en études urbaines en 1991. Je suis donc de la première cohorte, avec l’obtention de mon doctorat en 1996. Je suis le premier diplômé de ce programme d’étude ! J’ai ensuite rapidement obtenu une charge de cours à l’UQAM, en études urbaines puis en géographie, où j’enseignais l’aménagement et l’urbanisme, puis j’ai eu un poste régulier permanent de professeur en janvier 2000. J’enseigne donc à l’UQAM, en géographie, depuis.

À quel moment avez-vous travaillé sur la question du temps ? Quelle est la place du temps dans vos recherches ?

Je dirais que je n’ai pas vraiment travaillé spécifiquement sur la question du temps, sinon de façon plutôt périphérique. Je me suis très tôt intéressé aux grandes opérations urbaines (ou les grands projets urbains) qui impliquaient nécessairement une certaine complexité en termes de jeu des acteurs, d’enjeux de développement et de planification, tant dans des considérations techniques et normatives que dans des considérations plus sociologiques ou urbaines. En d’autres mots, je me suis demandé en quoi les acteurs (et la population) étaient bien servis ? Il m’est alors apparu qu’une des dimensions qui était souvent mise de côté était le fait que cette complexité, entourant la mise en œuvre d’un grand projet urbain, se faisait sur un temps long. Durant cette période, les conjonctures pouvaient changer et certains projets pouvaient ne jamais aboutir. C’est un sujet qui n’avait pas (ou très peu) été abordé par la recherche, et c’est quelque chose qui m’a intéressé.

La question du temps (ou de temporalités successives) est ensuite revenue dans une deuxième phase de ma carrière, au moment où je me suis intéressé à la question de l’aménagement du territoire et à la planification urbaine dans un contexte de risque (risque naturel, terroriste, industriel ou autre). J’ai notamment travaillé sur des sujets d’actualité comme les attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York, l’ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans ou le séisme en Haïti en 2010 qui a dévasté Port-au-Prince. À travers ces différents projets de recherche, le temps était important parce qu’aménager le territoire (ou le rendre plus résilient) en amont dans un contexte de risques, c’est-à-dire avant même que la catastrophe se produise, est tout aussi important que dans les phases ultérieures. On parle ici de prévoir les services de première ligne, des routes d’évacuation, des abris temporaires, des services de santé et ainsi de suite.

Une fois que la catastrophe a eu lieu, on se demande aussi ce que l’on reconstruit ? La reconstruction se fait par étape, en plusieurs phases : ce que l’on rétablit d’urgence et ce qui prendra du temps à reconstruire, ce que l’on protège, ce que l’on reconstruit comme avant, etc. Dans le contexte d’une certaine augmentation et de l’intensification en termes d’impacts des catastrophes naturelles dues aux changements climatiques, j’ai eu à encadrer plusieurs étudiant.e.s qui se sont intéressé.e.s à ce qui se passe au Québec (les crues printanières, les inondations, la pandémie et ses impacts sur la ville, etc.). Les temporalités sont intéressantes dans ces contextes parce qu’il faut se demander comment on aménage et comment on prépare les villes dans ses temps courts et ses temps longs.  « Habiter la menace » se traduit par une nécessaire prise en compte de l’acceptabilité sociale du risque, et il y a une traduction urbanistique à ces choix ou postures dans un territoire donné. La pandémie récente a suscité de vastes réflexions, certaines spontanées et d’autres plus approfondies, mais je ne crois pas que les villes seront fabriquées différemment pour autant. Certaines adaptations seront assumées, certaines pratiques spatiales seront réhabilitées ou redécouvertes (c’est déjà le cas), mais les forces inhérentes à la fabrique de la ville ne changeront pas de façon significative.

Plus récemment, j’ai recentré mes recherches sur des éléments centrés sur les pratiques de planification urbaine, c’est-à-dire tout ce qui relève de l’urbanisme opérationnel et de l’aménagement du territoire centré sur ce que j’appelle les « courants innovants de l’urbanisme ». Paradoxalement, cette nouveauté n’est pas vraiment réelle, on redécouvre plutôt tout simplement des pratiques et des usages oubliés ou délaissés pendant plusieurs décennies. En 2018, j’ai participé à la création du « Collectif Villes Autrement » (CVA), initiative de chercheurs (Jérémy Diaz, Marilyne Gaudette, Taika Baillargeon) qui s’intéressent à ces courants émergents de l’urbanisme (par exemple la ville à échelle humaine, l’urbanisme tactique, éphémère, transitoire ou temporel), des courants qui suscitent un engouement auprès de la population, des élites locales, des planificateurs, des architectes et des designers. Taïka Ballargeon (aujourd’hui à Héritage Montréal) a produit une excellente thèse de doctorat sur les friches, les espaces vacants et les ruines dans la ville. Avec CVA, il y avait cette idée de réfléchir le temps à travers le cadre bâti. L’idée était de créer un espace de réflexion, qu’il y ait du transfert de connaissances et que ce soit un milieu de diffusion.

Au début des années 2000, la Ville de Paris a créé un « Bureau des Temps » et je trouvais que l’idée, sur le plan intellectuel, était très intéressante. La ville est vécue, consommée, traversée différemment selon les différents moments de la journée, selon les saisons, les changements sociétaux, de nouveaux enjeux, etc. Le « temps » me semblait perçu de cette façon-là, et il a été documenté et opérationnalisé à travers la nécessité d’accommoder les choses auxquelles les sociétés urbaines étaient confrontées, par exemple le nombre plus important de familles monoparentales, les nouveaux besoins des travailleurs, le vieillissement de la population, les nouveaux rythmes de la vie urbaine, etc. Toutefois, j’ai été rapidement déçu comme chercheur car dans le « bureau des temps de la ville », il y avait une première réflexion théorique sur les temps de la ville, et en fait, sur un plan opérationnel, le tout a été vite centré sur des dimensions opérationnelles (la mobilité revisitée via les horaires d’autobus, le métro, etc.). Or, la portée intellectuelle d’une véritable réflexion sur les temps de la ville, ce que j’appelle « les temps de la ville » comme on pourrait parler des « sens de la ville », me semblait négligée ou peu exploitée.

Par ailleurs, je me suis remis à m’intéresser plus spécifiquement à la morphologie urbaine, au design urbain, à l’analyse des formes de la ville, et dans ce contexte, à la prolifération de toutes ces initiatives « nouvelles », « citoyennes » et « bottom up » sous couvert du « droit à la ville », qui méritaient un examen plus approfondi sur le plan des pratiques et de leur légitimité. Que la population ou certains profils-types de cette population veulent se réapproprier la rue, se réapproprier l’espace public, l’espace délaissé et ainsi de suite me semblait intéressant mais aussi un peu improvisé dans certains aspects, voire même sujet à des récupérations abusives. De la guérilla urbaine à l’urbanisme tactique, il n’y a pas un seul dénominateur commun pour comprendre ou identifier ce qui fait sens ou ce qui paraît légitime en termes de pratiques. Mais à travers tout ça, il y a toujours ce fameux « droit à la ville ». Au-delà de cet engouement pour la réappropriation de la ville de façon inclusive, citoyenne, participative, il y avait cette idée que je trouvais intéressante et assez peu développée qui était que la ville se fait, se fabrique avec les acteurs qui ont le pouvoir économique, qui ont le pouvoir politique. Finalement, tout cet enthousiasme pour les « nouvelles pratiques de réappropriation » ne viendrait-il pas gommer un peu le débat, sous forme de lutte des classes, ou de rapports inégaux, pour ceux qui fabriquent la ville, ceux qui ont le droit de fabriquer la ville ?

Vraisemblablement on va revenir à des situations que l’on avait il y a quelques mois ou il y a quelques années, c’est-à-dire que les forces dominantes dans la fabrique de la ville restent les mêmes. Faire en sorte qu’il n’y ait pas de récupération abusive de l’urbanisme tactique comme on le voit maintenant par des administrations locales, par les promoteurs immobiliers ou autres, reste un enjeu de taille. Je trouve que le temps est fondamental et transversal pour comprendre la pérennité de certains lieux même si je préfère l’idée « d’activation des espaces ou des lieux dans le temps ». Car si des espaces sont vacants, ils sont peut-être sous-exploités ? Bien sûr. Ils sont peut-être en latence ? (Taïka Baillargeonon parlait de la ruine comme d’un espace qui est « en attendant quelque chose d’autre »), mais ils sont surtout en déficit d’activation. Souvent, la préfiguration d’un usage futur justifie souvent l’usage transitoire, tactique, temporaire ou autre, et c’est là que le temps devient intéressant. Mais si ce temps devient instrumentalisé – et en fait, c’est ça qui est intéressant – alors nous assistons à une instrumentalisation politique du temporaire, de l’éphémère et du transitoire.

Comment est considéré la question du temps dans votre discipline ?

Je m’aperçois que sur la réappropriation de l’espace urbain ou sur les fabriques alternatives de la ville, on assiste à des glissements intéressants. Il me semble que plusieurs auteurs critiques sur la fabrique de la ville à travers des pratiques alternatives, par rapport à l’urbanisme tactique plus spécifiquement, ouvrent de plus en plus la porte à un agenda de recherche sur des choses concrètes sur la question du temps. La gestion des interstices de la ville, des espaces qui sont désactivés et que l’on veut réactiver – mais sans nécessairement s’emprisonner dans une logique qui deviendrait contraignante pour les propriétaires fonciers ou les grands promoteurs immobiliers – me paraît intéressante. Je pense qu’il y a quelque chose à approfondir dans ce registre. À l’époque des bureaux des temps, on ne retrouvait pas ces considérations. Je ne sais pas si la question de l’analyse du temps ou des temps dans la fabrique de la ville va amener une contribution intéressante. Je l’espère, mais je ne suis pas sûr que le temps isolé en soi, la réflexion sur le temps va répondre à tout ce qui nous intéresse par rapport à ces enjeux complexes qui relèvent d’une certaine géopolitique de l’aménagement du territoire telle que définie par Philippe Subra[1].

Quelles références mobilisez-vous pour aborder la question du temps dans votre travail ? Théories, disciplines, pratiques ?

Pour être honnête, et comme mentionné précédemment, je ne travaille pas à proprement parler sur le « temps ». Ce n’est pas un réflexe que j’ai parce que le temps est partout, tout est lié au temps. Je dirais la même chose par rapport au territoire, je dirais aussi que tout est territorial. Je parle plutôt de « phasage », de différentes temporalités dans l’évolution des projets. Pour moi, c’est quelque chose de concret auquel je peux raccorder ma pratique ou mes réflexions.

Comment considérez-vous que la question du temps traverse ou interroge les sociétés autant que la production de la ville aujourd’hui ? Quels aspects ou dimensions en jeu vous semblent plus fondamentales ?

Il y a plusieurs choses à dire là-dessus, mais il y a un élément qui m’apparaît plus intéressant que tout le reste, qui ne concerne pas seulement l’urbanisme ou l’environnement mais qui concerne le rythme accéléré du changement en général. Ce qui rend les choses très compliquées dans la réflexion, en sciences humaines et sociales, c’est que l’on assiste à une accélération exponentielle des innovations, des façons de faire. Les outils sont de plus en plus performants et ça devient très difficile de prendre du recul, de faire des analyses critiques, des bilans.

Quelles évolutions avez-vous pu constater sur les enjeux temporels dans le champ de la production urbaine ? Quels sont les moteurs ou les facteurs influant cette évolution ?

J’ai l’impression que ces dernières années, les courants émergents de réappropriation (piétonisation, faire des rues habitées, mobilité durable, la réappropriation de ce qui est vacant, etc.) ont suscité beaucoup d’enthousiasme, parce que les administrations locales n’ont plus les moyens et les ressources pour tout gérer. Elles ont d’autres priorités, notamment le maintien des services essentiels et les grandes infrastructures. Responsabiliser et créer artificiellement de nouvelles solidarités locales de quartier, de rues, de ruelles où on aménage notre petit carré d’arbres devant chez soi, le voisin faisant pareil et ainsi de suite, crée du lien social, crée un sentiment d’appartenance. Les gens sont moins aliénés dans leur maison, leur petit condo, les enfants participent, les gens sont sur leur balcon, ils communiquent. Mais je vois dans tout ça une sorte d’instrumentalisation dans ce retour du droit à la ville, de la ville pour tous, de la ville inclusive. L’administration locale se dit avec raison : « excellents ces impacts locaux, et surtout ça ne coûte pas cher ! ». Ce faisant, on assiste à une déresponsabilisation du rôle de l’État. Je pense aussi que l’on estime mal aujourd’hui la non-coordination de toutes ces initiatives citoyennes et tactiques. Est-il possible que toutes ces initiatives aillent trop loin ou interfèrent trop dans la gestion et la planification des rapports entre l’espace public et l’espace privé ? J’habite dans le quartier Rosemont-La-Petite-Patrie où il y a une prolifération d’initiatives et d’actions menées par des citoyens qui décident spontanément de peindre les murs de la ruelle, de produire divers « actes artistiques » sur le trottoir, les murs, le mobilier urbain, etc., de décorer des arbres, etc. Mais cela pose la question du caractère intrusif de toutes ces initiatives dans les relations de voisinage, dans la cohérence morphologique d’une rue ou d’un lieu donné. Je ne pense pas que la situation est problématique pour l’instant, mais on va finir par avoir du mal à prioriser les investissements, à autoriser certains projets et pas d’autres. Tous ces OBNL sont maintenant les nouveaux designers urbains, ce sont eux qui nous disent comment aménager l’espace public. Ils ont une expertise, mais ils se font de la concurrence entre eux. Je pense que ce sera un beau défi d’analyser ces enjeux, de comprendre un peu ce qui se passe.

Bibliographie sélective

– Diaz, Jérémy, Marie Réveillé, Sylvain Lefebvre, (2021), Réactiver un espace urbain ; Acteurs, défis, outils, Collectif Villes Autrement, Cahier de recherche 5, 63 p.
– Lefebvre, Sylvain ; Jérémy Diaz. (2021), Les campements urbains dans la ville ; Une revue de la littérature. Rapport présenté à la Division de la lutte contre la pauvreté et l’itinérance; Service de la diversité et de l’inclusion sociale, Ville de Montréal. Collectif Villes Autrement, 75 p.
– Diaz, Jérémy ; Marie Réveillé ; Juliette, Marinelli-Côté ; Sylvain, Lefebvre. (2021), Espaces urbains vacants et urbanisme transitoire; Explorer le potentiel du transitoire pour agir contre la vacance à Montréal, Rapport de recherche final pour le CRSHC, Collectif Villes Autrement, Cahier de recherche 3, 58 p.
– Lefebvre, Sylvain ; Jérémy, Diaz ; Jean-Marc, Adjizian. (2020), « Faire le point sur l’urbanisme tactique : entre innovations et dérives dans la fabrique de la ville », Organisations et territoires, Volume 29, n° 2, p. 15-23.
– Diaz, Jérémy. ; Lefebvre, Sylvain ; Baillargeon, Taïka. (2020), Le Projet Young. Mesure d’impacts d’un projet d’urbanisme transitoire à Montréal, 60, Université du Québec à Montréal.
– Diaz, Jérémy ; Lefebvre, Sylvain ; Baillargeon, Taïka. (2020), Fiches thématiques autour de l’urbanisme transitoire, Université du Québec à Montréal

[1] Subra, Philippe (2014), Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin (2ème édition).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search